Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 août 2017

Fermeture de 18 lits à l’Hôpital d’Amos

Transformation des pratiques

©TC Media - Archives

Afin de mieux adapter ses soins aux besoins de la population, des modifications ont été apportés aux critères d’hospitalisation au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue.

Dix-huit lits ont été fermés au Centre hospitalier Hôtel-Dieu d’Amos, soit douze lits à l’unité de médecine/chirurgie, quatre en maternité/obstrétique/gynécologie et deux en pédiatrie. Selon le Centre intégré de soins et des services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue, ces fermetures ont été compensées par la création d’un minimum de 16 lits en ressources intermédiaires.

Nous offrons un meilleur support à domicile et nous avons établi des partenariats avec des ressources secondaires comme les centres d’hébergement privés -Chantal Brunelle

«Nous procédons à une transformation clinique depuis plusieurs mois, a expliqué la coordonnatrice du projet de transformation à Amos, Chantal Brunelle. Ces mesures sont mises en place afin d’assurer un suivi mieux adapté pour nos usagers.»

Des changements dans les pratiques d’hospitalisation et chez les usagers sont à l’origine de cette transformation.

«Nous avons constaté que nous avons plus de patients âgés en attente d’hébergement qui sont hospitalisés, a indiqué Mme Brunelle. Ils ont parfois besoin de peu de soins et leur place n’est pas à l’hôpital. Nous avons travaillé avec nos partenaires afin de développer plus de ressources dans la communauté.»

Ressources secondaires

Chantal Brunelle soutient que les nouvelles pratiques mises en place permettent de mieux répondre aux besoins réels.

«Nous offrons un meilleur support à domicile et nous avons établi des partenariats avec des ressources secondaires comme les centres d’hébergement privés, a-t-elle souligné. Nous avons réussi à créer une quinzaine de places transitoires pour les personnes âgées en attente de placement. La réalité est que nous avons plus d’aînés avec des troubles de comportement et de démence qui nécessitent des soins. Les ressources actuelles ne sont pas toujours adaptées.»

Médecine de jour

En plus d’hébergement temporaire, les transformations entreprises par l’Hôpital d’Amos devraient permettre de mettre sur pied un centre de médecine de jour.

«Les gens qui ont besoin de soins sans nécessiter d’hospitalisation pourront recevoir leur traitement sur place et repartir la journée même, a indiqué Mme Brunelle. C’est le cas, par exemple, d’une personne qui doit se faire retirer des points de suture ou changer des pansements ou recevoir un traitement par intraveineuse.»

Autres fermetures?

La coordonnatrice du projet de transformation à Amos a fait savoir que le projet de réorganisation ne touchait que l’établissement d’Amos. Pour le moment. «Il est vrai que la démarche peut être applicable et exportée ailleurs dans la région, a conclu Mme Brunelle. Tout le monde devra faire cet exercice dans l’avenir.»

Rappelons qu’à l’automne 2016, il était question de la fermeture d’une centaine de lits dans la région. Des compressions de 25 M $ étaient demandés au CISSSAT.

Lire la suite: La FIQ inquiète pour la population

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média