Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

13 octobre 2017

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Mines plus sécuritaires: l’AMQ mise sur la déviance positive

©TC Media - Patrick Rodrigue

Les mines du Québec pourraient bientôt encourager la déviance au sein de leur personnel pour améliorer leur bilan en santé et sécurité du travail (SST). Et c’est en Abitibi-Témiscamingue que ce mouvement débute.

Depuis quelques années, l’Association minière du Québec (AMQ) développe le projet des déviants positifs. En gros, il s’agit de placer à l’avant-plan, au sein des travailleurs, ceux qui adoptent les meilleures pratiques sécuritaires au quotidien et qui ont une influence positive sur leurs collègues afin d’en faire des modèles à imiter.

Après avoir sondé l’intérêt du milieu minier et élaboré en détail le programme. L’AMQ est passée au projet-pilote. Depuis le mois de mai, quatre petits groupes de travailleurs de la mine LaRonde d’Agnico Eagle expérimentent ainsi cette formule des déviants positifs.

Un bon élément de motivation

«L’idée consiste à réunir les travailleurs dans des équipes de six à huit personnes et à les inviter à parler de leurs bons coups. En mettant l’accent sur les comportements positifs plutôt que ce qui ne va pas bien, l’équipe se crée une petite culture de SST bien à elle, que d’autres groupes d’employés ont ensuite, souhaite-t-on, envie d’imiter», a expliqué Tanguy Paquot, directeur de la SST à l’AMQ.

La formule des petits groupes crée une dynamique d’interdépendance entre leurs membres. Le leader n’est pas forcément le superviseur. C’est plutôt celui qui applique les meilleures pratiques de SST. Son rôle ne consiste pas à donner une marche à suivre, mais à faciliter les échanges positifs.

«Il est aussi plus facile d’interpeller ceux qui se sentent moins concernés, a mentionné M. Paquot. On peut leur demander ce qu’ils en pensent, pourquoi ils ne disent rien, etc. Il y a aussi un suivi à chaque réunion suivante. Les gens se font alors demander ce qu’ils ont fait pour respecter leurs engagements envers la SST. S’ils n’ont posé aucun geste, c’est plus gênant. C’est donc un bon élément de motivation.»

Objectif: toutes les mines du Québec

Le projet-pilote en cours à la mine LaRonde sera expérimenté jusqu’en décembre. L’AMQ procédera ensuite à son évaluation. «Par la suite, nous verrons comment l’étendre à la totalité du personnel de la mine, a indiqué Josée Méthot, PDG de l’AMQ. Par la suite, lorsque le tout sera bien rodé et que les modifications – s’il y en a – auront été appliquées, nous le proposerons à l’ensemble de nos membres.»

Il faudra cependant relever le défi des ressources disponibles. La formule des déviants positifs demande en effet un niveau d’organisation et des ressources dont les mines de plus petite taille ne disposent pas toujours. «Ça ne devrait toutefois pas poser de réel problème, a assuré Mme Méthot. Nous nous attendons à ce qu’il y ait une inévitable émulation.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média