Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

11 Décembre 2017

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Le Conseil des arts et des lettres du Québec laisse tomber la région

©La Frontière/Jean-François Vachon

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) persiste et signe. La région demeurera la seule à perdre du financement au Québec.

Malgré les pressions exercées par le Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue (CCAT) et différentes administrations municipales, le CALQ n’a aucunement l’intention d’annuler les coupes prévues à six organismes de la région.

La région s’apprête à vivre une crise majeure, encore une fois, après que des programmes du ministère de la Culture et des Communications du Québec aient été transférés au CALQ -Réal Couture

«Ils vont remettre une subvention non récurrente de 25 000 $ au centre Rotary de La Sarre ainsi qu’à la Galerie du Rift. Pour les salles de spectacle de la région, il analyse une façon de les soutenir en mettant sur pied, par exemple, une prime d’éloignement pour la tenue de certains spectacles», a expliqué la présidente du CCAT, Ginette Vézina.

«À court terme, ces coupures vont engendrer des déficits budgétaires et cela va rendre nos organismes moins performants, ce qui risque d’affecter leurs prochaines demandes de financement», a-t-elle ajouté.

Une région qui investit

Et pourtant, la région est parmi une des meilleures au Québec en termes de financement. «Nous sommes la 6e meilleure région en terme d’investissements en culture. Nous investissons en moyenne 81 $ par habitant. Et nous serons la seule région du Québec à vivre des coupures», a lancé la mairesse de Rouyn-Noranda, Diane Dallaire.

En fait, alors que toutes les autres régions voient leur financement augmenter de 9 %, celui de l’Abitibi-Témiscamingue diminue de 9 %. «On affaiblit notre réseau de salles de spectacle et de centres d’exposition. De plus, les coupures affectent quatre administrations municipales qui gèrent à la fois une salle de spectacle et un centre d’exposition. En fragilisant une des institutions, le CALQ fragilise l’autre en même temps», a exposé Réal Couture, président de la corporation du Rift.

«La région s’apprête à vivre une crise majeure, encore une fois, après que des programmes du ministère de la Culture et des Communications du Québec aient été transférés au CALQ», a-t-il ajouté.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média