Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

22 Décembre 2017

Marie-Eve Bouchard - mebouchard@lexismedia.ca

Écrire pour mieux vivre avec le Parkinson

Lancement du livre de Luc J. Desjardins

© Photo La Frontière - Marie-Eve Bouchard

Le projet aura pris 10 ans à se réaliser, mais l’auteur Luc J. Desjardins sentait le besoin de partager les aléas de sa vie de parkinsonien. Sans l’aide de Parkinson Abitibi-Témiscamingue, son livre Les mémoires de Désiré ou comment vivre avec un parkinsonien ne se retrouverait pas aujourd’hui dans les librairies. C’est pourquoi il remettra une bonne partie des profits réalisés à l’association.

©Photo La Frontière - Marie-Eve Bouchard

Plusieurs invités ont répondu à l’appel lors du lancement du livre de Luc J. Desjardins à la Librairie En marge le 20 décembre.

Comme l'explique le président de Parkinson Abitibi-Témiscamingue, Jean Ménard, «l'association est le principal bailleur de fonds de ce livre. Les sommes serviront pour les activités de nos groupes d'entraide, au soutien des aidants naturels et à la recherche.»
«Luc est très impliqué au sein de l'association, c'est donc un juste retour du balancier que de l'aider pour la publication de son livre», poursuit M. Ménard.
Dédramatiser la maladie
Question de rendre le récit moins lourd, l’auteur a choisi de se raconter à travers les yeux de son chat, Désiré, décédé en 2010 du diabète. «Utiliser Désiré comme narrateur de l’histoire était une façon pour moi d’être moins impliqué», confie-t-il. M. Desjardins y relate donc les défis au quotidien de la maladie, parfois avec humour, tout en permettant à son «psy-chat-nalyste» de livrer quelques impressions sur le monde des humains.
Celui qui a reçu le diagnostic de la maladie il y a plus de 20 ans espère ainsi transmettre un message d’espoir aux autres et à leurs proches. «Je veux leur donner le goût de vivre, de demeurer actif même lorsque l’on a le Parkinson», avance-t-il.
En plus du récit, Luc J. Desjardins a également réalisé les illustrations, des aquarelles, qui sont insérées dans le livre. Sa sœur Louise Desjardins signe, quant à elle, la préface du livre, alors que son frère Richard a participé à la correction. «Pendant l’écriture, je me posais des questions. Est-ce que je le garde, est-ce que je le jette... Je les envoyais à ma sœur et à mon frère, qui me donnaient leur opinion et me corrigeaient aussi.»
Bien qu'il ait aimé l'expérience, M. Desjardins confie que l'écriture est une tâche peu facile. «J'aurais plutôt un projet de bande dessinée comme prochain livre. Mais rien de certain…»
On estime que près de 400 personnes en Abitibi-Témiscamingue sont atteintes de la maladie de Parkinson et qu'à l'échelle provinciale, c'est plus de 25 000 personnes.
Le livre sera disponible dans les prochains jours dans les librairies de la région.  

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média