Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

30 mai 2018

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Une simulation de télémédecine en oncologie sera présentée à Ville-Marie

En 2003, on vantait déjà les mérites de cette pratique novatrice au Témiscamingue

©La Frontière – Lucie Charest

L’absence de visites d’oncologue à Ville-Marie pour les prochains mois a soulevé de nombreuses inquiétudes. D’ici quelques semaines, le PDG du CISSS-AT viendra au Témiscamingue rencontrer les médias et les populations préoccupées afin de démystifier l’utilisation de la télémédecine en oncologie.

«La première consultation avec l’oncologue à la suite du diagnostic annoncé par le médecin de famille se fera toujours en personne, a rassuré Yves Desjardins, PDG du CISSS-AT. Par contre, la télémédecine est vraiment sous-utilisée actuellement. Nous pourrons avoir un patient à Ville-Marie qui est accompagné par l’infirmière pivot ou son médecin de famille qui discutera via la télémédecine avec l’oncologue qui est à Amos, à titre d’exemple. L’infirmière peut l’examiner avec un stéthoscope et l’oncologue entend les battements par télémédecine à l’endroit où lui se trouve. Le rôle de l’oncologue se situe en bonne partie au niveau de l’élaboration la formule de la médication, du traitement à dispenser et du suivi.»

L’infirmière peut l’examiner avec un stéthoscope et l’oncologue entend les battements par télémédecine à l’endroit où lui se trouve. -Yves Desjardins

Depuis cinq ans
Les premières visites mensuelles ou bimensuelles, selon les disponibilités, d’un oncologue à Ville-Marie ne remonteraient pas plus loin que voilà cinq ans, selon les informations fournies par le CISSS-AT. Deux oncologues se partageaient les consultations à l’échelle régionale. La bonne nouvelle, selon M. Desjardins, c’est que face à la lourdeur de leur tâche, un troisième oncologue joindra l’équipe à l’automne.
D’ici là, il a été convenu d’effectuer les deuxièmes consultations et les subséquentes par le biais de la télémédecine à partir de Ville-Marie. Rappelons que les liens de télémédecine sont déjà fonctionnels entre l’hôpital de Ville-Marie et d’autres établissements de la région depuis plusieurs années. Il n’est pas rare que différentes consultations, comme une échographie urgente, soit pratiquée par télémédecine, sur un usager à Ville-Marie avec la technicienne en radiologie qui effectue les consignes données en direct par le radiologiste qui se trouve à Rouyn où ailleurs en région.

Simulation comme en 2003
La simulation d’une consultation en télémédecine qui sera présentée sous peu à Ville-Marie, ressemblera en plusieurs points à celle qui avait été présentée par le Dr Paul-Émile Barbeau en novembre 2003, alors que le Témiscamingue était le premier endroit au Canada à implanter la télémédecine.
Le Dr Barbeau avait alors simulé une consultation en direct devant les médias et différents intervenants avec un membre de la communauté algonquine de Winneway qui était ausculté par une infirmière dans la clinique située à 100 km de Ville-Marie. Ce projet témiscamien visait à relier les cliniques de Winneway, Belleterre et Rémigny avec Ville-Marie sans que les patients ni le médecin n’ait à se déplacer sur le territoire. Lorsque le projet avait été présenté au public, le Dr Barbeau effectuait depuis plusieurs mois entre six à neuf consultations par télémédecine une fois par semaine avec des usagers de Winneway.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média