Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

11 octobre 2018

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Guillaume Crépeault écope d’un an de prison

Guillaume Crepeault

©tirée de Facebook - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Guillaume Crépeault, 30 ans, passera la prochaine année derrière les barreaux.

Le juge Jean-Pierre Gervais a tranché. Guillaume Crépeault a été condamné à un an de prison pour négligence criminelle ayant causé des lésions.

La Couronne réclamait une peine de 20 mois d’emprisonnement, alors que la défense, dans ce dossier, demandait une peine de prison discontinue en plus de 240 heures de travaux communautaires. Après avoir pris la cause en délibéré, le juge a rendu son verdict jeudi matin au Palais de justice de Rouyn-Noranda.

Des regrets

Lors des représentations sur sentence, la procureure de la Couronne, Me Émilie Larose, a fait état qu’il était important que les critères de dénonciation et de dissuasion soient pris en compte. «Ces critères doivent primer. Je crois qu’il est important d’envoyer un message clair à toute personne qui commettrait ce genre d’infraction», avait-t-elle fait valoir à ce moment.

À ce moment-là, Crépeault avait exprimé des regrets: «J’ai des regrets. J’en aurais même si j’avais été acquitté. La jambe de cette dame ne reviendra pas. Ce n’est pas facile de vivre avec ça. J’ai fait du mal à quelqu’un par ma négligence et c’est dur à accepter. Je lui demande pardon. Je m’excuse.»

Son avocat, Me André Levasseur, avait souligné que la déclaration de son témoin démontrait la sincérité de son client et de ses remords vis-à-vis les conséquences graves subies par la victime. «C’est une fraction de seconde qui a changé le cours de la vie de combien de personnes. Néanmoins, je n’ai aucun doute sur la sincérité de Monsieur», avait commenté le juge Jean-Pierre Gervais.

Me Levasseur avait aussi soutenu que le rapport présentenciel était positif pour son client. «On parle d’un jeune homme qui a une capacité d’introspection, qui est articulé. Il a des regrets. Je crois qu’il a pris conscience de sa problématique au niveau de sa conduite», avait-il fait valoir.

Les faits

Le 28 juillet 2015, à la hauteur des Armoires Rondeau sur la route 117-101, trois motos se suivent par une belle journée. Un véhicule, conduit par Crépeault, circule à contre-sens. En tentant de revenir dans sa voie, il dérape et heurte de plein fouet la moto conduite par la victime. La conductrice de la moto a subi de multiples fractures à une jambe. Les complications ont forcé son amputation en décembre.

Le procès a démontré que l’accusé avait envoyé un texto quelques instants avant l’accident.  Le juge Jean-Pierre Gervais avait pris la décision de condamner Crépeault à une accusation de négligence criminelle ayant causé des lésions plutôt que de conduite dangereuse.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média