Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

12 Octobre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Tissage et mécanique, une exposition qui joue entre l’art et les métiers d’art

Tissage et mécanique, une exposition qui joue entre l’art et les métiers d’art

©Photo L’Éclat / Le Citoyen - Marc-André Gemme

Le vernissage de l’exposition Tissage et mécanisme de l’artiste Diane T. Tremblay a eu lieu le jeudi 27 septembre dernier.

La nouvelle saison d’expositions au Centre d’art Rotary de La Sarre s’amorce avec une exposition de l’artiste Diane T. Tremblay. Celle-ci propose des œuvres qui chevauchent la frontière entre l’art et les métiers d’art.

Originaire du Saguenay, Diane T. Tremblay a quitté sa région pour s’installer à Montréal où elle a enseigné l’art pendant de nombreuses années. Elle est de retour dans sa région natale pour se consacrer entièrement à ses œuvres.

Elle était de passage en Abitibi-Témiscamingue pour présenter sa dernière exposition, intitulée Tissage et mécanisme.

«Dans cette production, j’utilise exclusivement le papier et l’encre de Chine noire», a expliqué Mme Tremblay.

Historiquement, Mme Tremblay a travaillé avec de nombreux médiums, de la sculpture à la peinture. Elle s’est consacrée exclusivement au papier depuis près de six ans. «Tout a commencé lorsqu’on m’a offert de l’encre de Chine noire et un pinceau, a-t-elle raconté. À partir de là, je me suis mise à explorer, à développer ma technique et depuis je n’utilise que de l’encre de Chine pour mes œuvres.»

Œuvres géantes

La première chose qu’on remarque en entrant dans le Centre d’art est la taille des œuvres de Mme Tremblay. «J’aime beaucoup travailler les grands formats, a expliqué l’artiste qui y présente une dizaine de ses dernières créations. J’aime également la problématique qui vient avec les grands formats.»

Notamment, le transport est une de ces problématiques, alors que plusieurs de ses pièces sont tridimensionnelles. Elles doivent donc être roulées avec beaucoup de délicatesse. La gestion de l’espace dans son atelier devient également un enjeu important. Elle doit souvent travailler par terre, faute de surfaces assez grandes.

Ligne mince entre l’art et le métier d’art

«Je travaille beaucoup avec les matériaux. L’utilisation des vêtements par exemple a été importante pour moi, a indiqué Diane T. Tremblay. J’ai utilisé mes propres vêtements pour réaliser des sculptures pour créer des objets en trois dimensions, du tissage, de l’embobinage et l’intégration de matériaux recyclés.»

On y remarque rapidement l’influence du textile. Plusieurs d’entre elles, bien que fabriquées en papiers, sont des œuvres de tissage.

Le vêtement est encore présent dans ses œuvres, mais on le retrouve sous forme de dessins. «Le vêtement devient une matrice imprimée sur le papier, a-t-elle expliqué. En passant à travers un objet, celui-ci offre son propre langage et c’est par là que je passe pour donner une signification à mes dessins.»

L’exposition de Mme Tremblay sera présentée au Centre d’art Rotary de La Sarre jusqu’au 4 novembre.

Une carrière dans les arts

Bien qu’elle ait maintenant pris sa retraite et que son art est son emploi du temps principal, Diane T. Tremblay a toujours œuvré dans le domaine artistique. Elle a enseigné pendant de nombreuses années au CÉGEP André-Laurendeau de Montréal dans un programme de photographie et design graphique. Elle y enseignait les arts graphiques et plastiques.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média