Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

05 octobre 2018

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

307 000 onces d’or et 466 millions de livres de zinc au nord de La Sarre

Galway Metals évaluera la relance de l’ancienne mine Estrades

Galway_Metals_mine_Estrades

©Galway Metals

Quelques infrastructures datant du début des années 1990 sont encore en place sur le site de l’ancienne mine Estrades.

Le 18 août 2016, Galway Metals rachetait les actifs de la mine Estrades, au nord de La Sarre, dans l’espoir d’en relancer les opérations. Deux ans plus tard, elle semble bien en selle pour atteindre son objectif.

À la fin septembre, la société junior torontoise a publié une mise à jour de ce projet localisé à 35 km au nord-est de la mine Casa Berardi d’Hecla Québec. Les résultats indiquent qu’elle semble avoir misé sur le bon cheval, alors que les ressources minérales indiquées ont grimpé de 5 % pour l’or et de 4 % pour le cuivre, tandis que les ressources présumées ont connu un bond impressionnant de 127 % pour l’or et de 98 % pour le cuivre.

À l’heure actuelle, Estrades offre un potentiel de 170 863 onces d’or indiquées et de 136 452 onces d’or présumées ainsi que de 237 623 000 livres de zinc indiquées et de 228 824 000 livres de zinc présumées.

À cela s’ajoutent 5 912 820 onces d’argent, 34 983 000 livres de cuivre et 19 802 000 livres de plomb en ressources indiquées ainsi que 5 151 951 onces d’argent, 48 964 000 livres de cuivre et 14 059 000 livres de plomb en ressources présumées.

Bientôt une étude économique préliminaire

«Cette nouvelle estimation des ressources, qui remplace celle qui avait été publiée le 30 septembre 2016, nous servira de base pour la préparation d’une évaluation économique préliminaire. Cette dernière devrait avoir été complétée pour les premiers mois de 2019», a fait savoir le PDG de Galway Metals, Robert Hinchcliffe, par voie de communiqué.

Le gisement n’aurait d’ailleurs pas encore livré tous ses secrets. Des analyses géophysiques ont en effet révélé plusieurs anomalies minérales importantes à 2000 mètres sous la surface de cette ancienne mine dotée d’une rampe de 200 mètres de profondeur. Galway Metals croit également être en mesure de découvrir des gisements satellites dans les alentours.

L’usine qui n’a jamais été construite

Le fait qu’Estrades présente des teneurs élevées à la fois en or et en zinc rend celui-ci particulièrement intéressant. D’ailleurs, un des anciens propriétaires, la Société minière Continental, croyait tellement dans le potentiel du gisement qu’en février 2012, devant les gens d’affaires de l’Abitibi-Ouest, un de ses représentants avait assuré que la mine allait rouvrir à la fin de 2013, et ce, pour une durée de sept ans. Il avait aussi indiqué que le minerai allait être traité dans une fonderie de petite envergure qui devait être construite à La Sarre.

La difficulté à obtenir du financement et le ralentissement économique avaient cependant contraint Continental à mettre son projet sur la glace, puis à le céder à un autre propriétaire en 2014.

Une histoire mouvementée

La mine Estrades a fait l’objet d’une exploitation par Ressources Breakwater de juillet 1990 à mai 1991. La société y avait alors exploité 174 946 tonnes de minerai contenant principalement du zinc, mais aussi de l’or, de l’argent, du cuivre et du plomb. La chute du prix des métaux et les coûts élevés de production avaient cependant contraint Breakwater à en interrompre les activités.

À la suite de cette brève période d’opérations, la mine Estrades est passée dans le portefeuille de plusieurs sociétés, parmi lesquelles Western Gold Resources, Atlas Precious Metals, Woodruff Capital Management, la Société minière Continental et Mistango River Resources, avant d’être acquise par Galway Metals.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média