Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

05 octobre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

La MRC d’Abitibi-Ouest demandera des dédommagements au MTQ

pont palmarolle

©Photo L'Éclat / Le Citoyen - Marc-André Gemme

Le pont situé sur le rang 8 et 9 entre Palmarolle et Poularies a été choisi comme priorité par tous les maires d’Abitibi-Ouest.

La direction et les maires de la MRC d’Abitibi-Ouest se sont dit très déçus d’une décision du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET). Cette décision entraîne des frais supplémentaires pour la MRC. Elle entend envoyer la facture au ministère.

En juin 2017, le MTMDET a demandé aux élus d’Abitibi-Ouest de s’entendre sur un pont qui serait à prioriser pour une réfection. Après un long débat, les 21 maires de la MRC se sont entendus pour dire que le pont prioritaire à réparer serait celui du rang 8 et 9 de Palmarolle.

À peine deux semaines après qu’ils aient donné leur réponse au MTMDET, la MRC recevait leur réponse.

Le choix des maires s’était arrêté sur ce pont parce qu’il a une importance stratégique au niveau de la MRC. C’est par ce pont que le camion de boues de fosses septiques passe pour se rendre au site de vidange.

«Ce qu’on nous a répondu, c’est que notre pont n’était pas enclavé et que les réparations n’étaient pas urgentes, a expliqué la directrice générale de la MRC d’Abitibi-Ouest, Nicole Breton lors du conseil des maires de septembre. C’est très décevant, surtout face à un engagement pris auprès de la table des maires. Je trouve ça irrespectueux.»

Des coûts additionnels

Dû à son état, le pont du rang 8 et 9 est limité au niveau du poids permis. Le camion de boues septiques ne peut donc pas l’emprunter et doit faire un détour par Sainte-Germaine-Boulé ou par Macamic afin d’arriver de l’est via Poularies. «On estime les coûts additionnels entre 35 000 $ et 50 000 $ par année», a expliqué Nicole Breton.

Elle a donc demandé aux maires d’Abitibi-Ouest d’adopter une résolution qui permettra à la direction de facturer ces dépenses additionnelles directement au ministère.

«Je suis d’avis que ce n’est pas aux contribuables du territoire de la MRC d’Abitibi-Ouest d’assumer ces coûts et ces impondérables dus à ce qui semble être de nouveaux critères mis en place par le MTMDET, a-t-elle ajouté. On nous a demandé de prioriser, on nous a inclus dans une démarche que nous avons suivie, nous avons été respectueux, on a tassé certains ponts et certaines demandes pour prioriser. Je trouve que cette manière de tasser une priorisation régionale est très cavalière.»

Elle explique que la situation perdure depuis maintenant trois ans et qu’il est légitime de réclamer ces frais au ministère.

L’estimation des coûts afférents est difficile puisque plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. «On parle non seulement de la machine, du gaz et du temps, mais aussi du temps qu’on perd à ne pas faire d’autres vidanges», a souligné le directeur adjoint de la MRC, Patrice Vachon.

Les maires ont adopté à l’unanimité la résolution proposée par la direction de la MRC.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média