Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

09 Octobre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Un incendie interrompt les opérations chez Forex

Un incendie interrompt les opérations chez Forex

©gracieuseté

On voit bien ici les deux ouvertures qui permettent de vider les convoyeurs en cas d’incendie dans les bennes sèches.

FAITS DIVERS. Un incendie a causé des dommages et entraîné un arrêt de production de quelques jours à l’usine de panneaux OSB de Forex Amos, le dimanche 7 octobre.

L’alarme a retenti vers 18h. Le Service des incendies de la Ville d’Amos s’est rendu sur les lieux avec près de 20 pompiers. Devant les risques élevés pour l’imposant complexe forestier, une dizaine de pompiers des services de Landrienne et Saint-Marc-de-Figuery ont été appelés en entraide.

«Le feu était pris dans des copeaux sur deux convoyeurs. On ne pouvait pas les atteindre de l’intérieur. Normalement, quand ça arrive, le sens des convoyeurs est inversé et le feu sort à l’extérieur par deux portes. Mais dans ce cas-ci, les copeaux étaient tellement compacts qu’ils ont bouché les ouvertures prévues à cette fin. Il a fallu pousser avec les convoyeurs jusqu’à ce que le mur défonce. On a étendu les copeaux au sol avec un loader pour ensuite les éteindre», explique Guy Béchard, directeur adjoint du Service des incendies de la Ville d’Amos.

L’intervention a duré plus de 9 heures. Le dernier camion de pompier a quitté les lieux vers 3h40, lundi matin.

L’œuvre d’une étincelle

Selon Forex Amos, une étincelle du séchoir se serait rendue dans les deux bennes sèches de l’usine. Celles-ci reçoivent les gaufres de bois qui sortent du séchoir avant la confection de panneaux à lamelles de bois orientées (OSB).

Il semble toutefois que le détecteur d’étincelles aurait arrêté de fonctionner. En revanche, les autres équipements de protection, essentiellement les gicleurs et les déluges, auraient bien fonctionné. On assure aussi qu’en aucun temps, la sécurité des employés n’a été menacée.

Pas un impact majeur

«Nous sommes actuellement en mode préproduction et il est tout à fait normal de voir ce genre de situation arriver, précise Maryse Thibault, directrice des ressources humaines chez Forex Amos. Côté opérations, l’incident n’est pas catastrophique. En gros, on doit réparer un mur. On devrait repartir d’ici jeudi. Malgré les flammes et les images qui ont circulé, il ne s’agit pas d’un événement ayant de grandes répercussions pour nous.»

Cette dernière a souligné le travail et le sang-froid des employés impliqués dans l’événement ainsi que la collaboration des pompiers. «Grâce au travail de tous, le feu a pu être contenu à un seul endroit», fait-elle valoir.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média