Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Rouyn-Noranda vu par ...

Retour

10 novembre 2018

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Rouyn-Noranda vu par… Jeff Drouin

Jeff Drouin

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Amateur de sport, blogueur et entraîneur de baseball, Jeff Drouin a passé de nombreuses années à Rouyn-Noranda. Podcasteur, sa passion sportive rivalise avec sa passion pour la Capitale du cuivre.

Un souvenir qui vous rappelle votre enfance et qui est rattaché à Rouyn-Noranda?

Le tournoi du Père Noël à l’aréna Réjean-Houle. J’y participais avec mon équipe de La Sarre où j’ai grandi. Je suis né à Rouyn-Noranda parce que ma mère ne voulait pas accouché à La Sarre. Ce tournoi m’a tellement marqué. À ma deuxième année pee-wee, j’ai eu la première étoile du match. La foule était en délire et, comme j’étais petit, alors je pensais que c’était une grosse foule. Je me disais que Rouyn-Noranda était hot. Je me croyais dans la NHL.

Quelque chose ou un moment que vous aimeriez revivre à Rouyn-Noranda?

L’épopée de la Coupe du Président et la parade qui a suivie. Ce fut un moment marquant. J’ai assisté à la parade. Il y avait des joueurs que je connaissais et qui était des amis. C’est un souvenir mémorable. J’aimerais que Mario Pouliot nous ramène une Coupe.

Un personnage marquant de Rouyn-Noranda?

Pierre Cloutier. C’est mon mentor dans la vie. C’est en parti grâce à lui si je suis où je suis rendu aujourd’hui. Il me répétait souvent que c’était dans l’action qu’on obtenait des résultats. J’ai appliqué ça dans ma vie de tous les jours et ça m’a permis de réussir comme homme d’affaires et comme blogueur. Je ne le remercierai jamais assez.

Un endroit favori à Rouyn-Noranda?

Le Vieux Noranda. On habite dans le Vieux. J’aime le tour du lac, le salon la Barbière, le Petit théâtre sur la 7e. Le FME. L’aréna Dave-Keon. Quand tu es un artiste dans l’âme, tu te sens chez vous dans ce coin.

Votre conjointe vient de Montréal. Comment l’avez-vous convaincu de traverser le parc?

Ç’a pris du temps et deux ou trois visites. La première fois fut rapido-presto. Elle a aimé ça, mais ce n’était que trois ou quatre jours. Elle est revenue un autre deux jours. La troisième fois, elle est restée plus longtemps. Elle a commencé à voir le tour du lac, l’aspect culturel et l’aspect sportif. Elle a commencé à se faire des amis et elle a commencé à tripper solide.

Aujourd’hui, tu lui demandes si elle veut retourner à Montréal et elle va te dire non. Elle se dit Rouynorandienne. Elle se sent chez nous.

Qu’est-ce qui fait la réputation de Rouyn-Noranda?

L’aspect culturel. Tout le monde parle du FME. Tout le monde parle d’Osisko en lumière. On est reconnu à travers le Canada pour ça.

Il y a aussi notre équipe de hockey qui a une réputation sans faille. Je me suis promené dans la LHJMQ. Tout le monde n’a que du positif à dire de Rouyn-Noranda et des Huskies. Il y a des joueurs qui sont attachés ici.

On s’attache à Rouyn.

Votre resto favori à Rouyn-Noranda?

Le Deux par Quatre. Les prix sont abordables, le service est bien.

L’artiste que vous appréciez le plus à Rouyn-Noranda?

Anodajay. C’est le Dr.Dre du Québec. Ce qu’il a réussi avec son entreprise. Un ancien prof d’éduc qui fait du rap qui lance sa maison de production qui fête ses 15 ans. Et il compte sur des artistes tellement reconnus dans le hip-hop québécois.

Quel est le secret le mieux gardé à Rouyn-Noranda?

Il y a des secrets à Rouyn-Noranda? Peut-être Zach Zoya. C’est un artiste tellement talentueux. Beaucoup de gens sont venus le voir au FME et c’était fou l’ambiance. Il est méconnu et il rappe en anglais. Il veut percer dans le monde et aux États-Unis.

Il y a aussi Jean-François Gibson. Il est impliqué dans la communauté et il ne reçoit peut-être pas assez de fame. J’aime ce qu’il a formé avec sa conjointe avec Chez Gibb. Beaucoup de gens vont là avec le dépanneur et le pub avant sa fermeture.

Quel est le principal défi que Rouyn-Noranda doit relever?

Il faudrait plus de logements à louer. Il faut continuer de construire parce que les gens ne trouvent rien. Il faut en avoir plus pour continuer d’attirer les gens ici.

Quel avenir entrevoyez-vous pour Rouyn-Noranda?

On doit entretenir les belles choses qu’on a. Tout ce qui est culturel, il faut préserver cela. C’est aussi important de regarder la pollution. Il faut se rallier à cette cause. Je cours autour du lac Osisko et je ramasse souvent des cochonneries. Je crois que, Rouyn-Noranda, on doit se donner une petite poussée pour réussir à vaincre cette patente-là.

Ton moment sportif préféré?

L’an passé, au tournoi provincial des Petites ligues de baseball. J’étais l’entraîneur des Patriotes 10 ans. On avait 7 ou 8 vétérans. Ailleurs, ils jouent 8 à 10 mois par année ensemble. Nous, 2 ou 3 mois. On était à un point de la finale en amenant la meilleure équipe en prolongation.

On perdait 5 à 2 et on a perdu 6 à 5. On a fait une remontée incroyable. Tout le baseball mineur était là et on sentait la vibe. Je suis sorti les larmes aux yeux. On a perdu 4 parties sur 4. Tout le monde m’en parle même si on a perdu tous nos matchs.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média