Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

11 novembre 2018

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

L’efficace Samuel Régis

Le défenseur de 17 ans s’impose dans la brigade défensive des Huskies

Samuel Régis

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Le défenseur de 17 ans Samuel Régis a trouvé sa place dans l’alignement des Huskies depuis le début de la saison.

Samuel Régis est l’une des seules recrues chez les Huskies à avoir disputé tous les matchs des Huskies depuis le début de la saison. Le défenseur de 17 ans a forcé la main à son entraîneur par son efficacité.

«Je suis un peu surpris, a avoué Samuel Régis, surtout avec le camp d’entraînement que j’ai eu. Je n’ai pas connu le meilleur camp, mais c’est passé et je l’ai oublié.»

Son entraîneur, Mario Pouliot, apprécie les qualités de son jeune défenseur. «Il est très solide en un contre un. Il excelle à sortir la rondelle de sa zone sous pression. J’aime aussi la constance qu’il démontre. Ses décisions sont toujours les bonnes. Il doit cependant jouer plus rapidement. Il joue en désavantage numérique et il démontre une belle confiance», a-t-il relevé.

Le jeune homme tente d’améliorer la vitesse à laquelle il prend des décisions. «Comme Mario me disait durant le camp, je faisais les bons jeux, mais le processeur ne processait pas assez vite. Je devais être plus rapide et c’est ce que j’essaie de faire de jour en jour», a-t-il mentionné.

Depuis le début de la saison, il a participé aux 21 rencontres de son équipe, amassant 6 passes en plus de présenter un différentiel de +14.

«Quand tu es défenseur recrue, c’est plus facile de te laisser de côté qu’un vétéran. Mais c’est plaisant. Ça te pousse à venir à l’aréna en ayant une idée en tête, soit de performer et de gagner le prochain match» - Samuel Régis

Défenseur défensif

Samuel Régis est d’abord et avant tout un défenseur défensif. «Tout au long de mon hockey mineur, j’ai joué dans des équipes de bas de classement. Je suis habitué de défendre dans ma zone et d’être responsable. On m’a souvent utilisé dans des situations défensives», a-t-il indiqué pour expliquer pourquoi il est devenu ce type de défenseur.

À sa première saison midget, avec les Grenadiers de Châteauguay, à l’âge de 15 ans, son entraîneur de l’époque l’avait utilisé contre les Vikings de Saint-Eustache pour neutraliser un certain Alexis Lafrenière. Durant cette série, il avait vu beaucoup de glace. «C’est le fun parce que ça se plogue bien dans une phrase de dire que j’étais utilisé contre lui. Je jouais vraiment souvent. C’était plaisant de l’affronter il y a quelques semaines. Il est encore meilleur qu’il l’était», a évoqué Samuel Régis.

Aller chercher la vitesse

Son adaptation se déroule assez bien, selon lui. «Ç’a bien été. Je pensais que ça aurait été un peu plus difficile parce que c’est une grosse coche au niveau du temps de réaction entre le midget AAA et la LHJMQ», a-t-il souligné.

Sa progression lui a notamment valu des responsabilités en désavantage numérique, une facette de son jeu qu’il trouve valorisante. «C’est plaisant de pouvoir gagner un peu de temps de glace pour tuer des pénalités et donner du momentum à mon équipe de cette façon», a-t-il signalé.

En compétition

Avec huit défenseurs dans l’alignement pour le moment (Zachary Lauzon étant toujours blessé), la lutte est féroce pour obtenir du temps de jeu.

Samuel Régis prend plaisir à se battre pour son poste. «Quand tu es défenseur recrue, c’est plus facile de te laisser de côté qu’un vétéran. Mais c’est plaisant. Ça te pousse à venir à l’aréna en ayant une idée en tête, soit de performer et de gagner le prochain match», a-t-il lancé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média