Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Chroniques

Retour

26 novembre 2018

Mario Tremblay, de quoi se péter les bretelles!

Mario_Tremblay

©Julie Dallaire

Mario Tremblay

«Tant qu’à être icitte, aussi bien se faire du fun.» C’est ce Mario Tremblay m’a spontanément répondu quand je lui ai demandé de me trouver LA phrase qui résumait le mieux son ressenti face à sa région d’adoption. C’est grâce à sa grande créativité et ses pouvoirs de rassembleur que Mario mobilise un village entier (rangs inclus!) et allume le sentiment d’appartenance de ses concitoyens.

Originaire de Pointe-aux-Trembles, l’homme a mis les pieds à Sainte-Germaine-Boulé en 2007. Détenteur d’une AEC en éducation à l’enfance, domaine dans lequel il a travaillé pendant sept ans en banlieue de Montréal, il se fait engager dans un gym de Rouyn-Noranda à son arrivée en terre témiscabitibienne. Il est alors loin de se douter qu’il deviendra un maillon important de la chaîne communautaire de Sainte-Germaine-Boulé. Il tombe rapidement sous le charme de l’endroit, et son exceptionnelle sociabilité lui permet de s’intégrer facilement dans la communauté. Doucement, il tisse des liens, s’implique dans divers projets et s’enracine profondément dans cette nouvelle vie rurale.

Sainte-Germaine-Boulé est depuis longtemps reconnu comme étant un patelin dynamique. Le sentiment d’appartenance de ses habitants y est fort et l’implication bénévole, omniprésente. Étant lui-même un acteur important de la vitalité du village, Jaclin Bégin, le maire de l’endroit, a perçu le potentiel de Mario et l’a convaincu de venir travailler pour la municipalité.

«J’étais petit et c’est moi qui rassemblais mes amis pour organiser des activités», se souvient Mario. En janvier, 2014, il devient organisateur du milieu communautaire du village et troque ses allers-retours en auto vers la Capitale du Cuivre pour aller travailler à pied à quelques coins de rue de chez lui.

Outre sa grande capacité d’écoute, son positivisme et sa souplesse, Mario possède une créativité hors normes qu’il exploite dans l’écriture de contes et légendes sur son village d’adoption. «Le conte, c’est un puissant fil conducteur qui peut rallier le monde», soutient-il. Les histoires qu’il écrit l’aident à la création de nombreux projets. Son premier récit, «Les Bretelles à Mononc’ Jack», qui nous ramène à l’époque des camps de bûcherons, est à l’origine d’une fête de village intergénérationnelle qui a lieu annuellement juste avant les Fêtes. Le propriétaire de la maison la mieux décorée pour Noël est invité à se «péter les bretelles» (littéralement!) sur le perron de l’église. Un film en a même découlé, mettant en vedette plusieurs germaniens et germaniennes qui n’ont pu dire non à Mario!

Aujourd’hui, une bonne dizaine d’histoires et au moins trois fois plus de beaux projets imaginés par Mario font bouger ce petit coin de notre grande région. «Je suis ben icitte, je suis ben dans ma job, j’ai l’impression de participer à de quoi», indique-t-il. C’est une belle nouvelle parce que Sainte-Germaine-Boulé ne saurait maintenant se passer de son Mario Tremblay!

Commentaires

27 novembre 2018

Johanne Parent

Bravo à toi Mario ! Je suis une femme qui aura bientôt 60 ans , donc , l’ancienne génèration , je trouve que votre génération innove , modifie , invente , vous avez des idées géniales !!!,

27 novembre 2018

Joane Robitaille

Quelquefois, les grands vents nous apportent un pollen de grande qualité... et celui-ci germe et prend racine dans nos patelins... on est des chanceux de partager cette belle énergie avec toi môssieur Mario !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média