Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

26 novembre 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Mort de Serge Paré: Stéphane Morin accusé de meurtre au 1er degré

Serge Paré

©Photo - Archives

La victime dans l’affaire de Desmaraisville, Serge Paré.

Changement majeur dans le dossier de meurtre de Stéphane Morin, lundi au palais de justice de Senneterre.

D’abord accusé de meurtre au deuxième degré (non prémédité), l’individu de 55 ans de Val-d’Or fait maintenant face à une accusation de meurtre au premier degré (meurtre prémédité) contre la personne de Serge Paré, 61 ans, lui aussi de Val-d’Or, concernant les événements survenus en septembre dernier au lac Opawica, dans le secteur de Desmaraisville, près d’une centaine de kilomètres au nord de Lebel-sur-Quévillon.

C’est ce qui a été indiqué aux procureurs au dossier, Me Pierre Grygiel (de la défense) et Me Carmen Aubé (de la Couronne), lors de l’audience de lundi matin, présidée par le juge Jacques Ladouceur, à la suite de l’ajout de nouveaux éléments de preuve.

Dans un cas comme dans l’autre, l’accusé est passible de la prison à vie, sauf qu’un condamné pour meurtre prémédité (la plus grave accusation du Code criminel) n’a pas la possibilité de demander de libération conditionnelle avant au moins 25 ans de détention, tandis qu’un condamné pour meurtre non prémédité peut le faire après 10 ans d’incarcération.

Détenu depuis son arrestation, à la mi-septembre, Stéphane Morin doit revenir devant le tribunal le 19 février prochain, à nouveau au palais de justice de Senneterre, possiblement pour fixer la date de son enquête préliminaire, étape servant à déterminer si la Couronne détient suffisamment de preuves pour justifier la tenue d’un procès.

Des coups de feu entendus

Rappelons que selon ce que rapportait la Sûreté du Québec, la police avait reçu l’appel d’un homme en crise et possiblement armé (Stéphane Morin), le 11 septembre, pour ainsi dépêcher un groupe d’intervention tactique sur les lieux, près d’un chalet du lac Opawica.

Des coups de feu avaient été entendus et après négociations, l’homme s’était rendu aux policiers, mentionnait-on dans un communiqué de la SQ. En entrant dans le chalet, les policiers avaient découvert un corps inanimé (celui de Serge Paré), qui présentait des marques de violence. Morin allait ensuite être formellement accusé du meurtre de Serge Paré.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média