Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 novembre 2018

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le maintien de la piscine, une question de santé publique

Près de 150 citoyens interpellent les maires du Témiscamingue

Picine mobilisation

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

De 130 à 150 citoyens de tous âges se sont présentés au Conseil de la MRC de Témiscamingue (MRCT), le 28 novembre, pour faire part aux élus de leurs questionnements par rapport à la nécessité de maintenir une piscine sur le territoire.

Il ne fallait pas être claustrophobe pour assister à la période de questions. Des citoyens debout se sont massés le long des murs de la salle du conseil, enclavant les élus déjà installés à leur table de travail. D’autres sont restés confinés dans le vestibule et dans les escaliers.

Devant l’envergure de la foule, la préfète, Claire Bolduc, a invité les plus jeunes à s’asseoir par terre au centre de la pièce. Parmi eux se trouvaient des enfants qui apprennent à nager, des membres du Club de natation Exotem et d’anciens champions du club qui ont déjà performé sur la scène provinciale.

MRC Témiscamingue piscine

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Au moins quatre ans

Mme Bolduc a tout d’abord fait le point sur le développement du dossier de la nouvelle piscine, estimé à plus de 7 M $. Celle-ci doit remplacer celle de Ville-Marie, dont la fermeture est annoncée pour juin 2019, à cause de sa désuétude et de celle du bâtiment où elle se trouve.

«Nous avons approché une firme de consultants spécialisés dans le secteur des infrastructures de loisirs, de sport et de tourisme, a-t-elle souligné. Ils sont clairs: du point A au point B, il faut estimer au moins quatre ans, si tout va bien. Et je tiens à vous rassurer: la majorité des maires concernés sont en faveur de la création d’une piscine dans le centre du Témiscamingue. Nous sommes aussi très conscients et sensibles aux besoins de notre population et à sa capacité de payer.»

«Nous sommes très conscients et sensibles aux besoins de notre population et à sa capacité de payer» - Claire Bolduc

Transition

Au cours des deux prochaines semaines, une première rencontre sur l’offre de service et la mise à jour du dossier se tiendra avec la firme de consultants. Par la suite, celle-ci sera en mesure de fournir plus de détails sur la façon de procéder. Il est également prévu de lui fournir le rapport d’ingénieur sur l’état actuel de la piscine et du bâtiment où elle se trouve. «Cela nous permettra d’évaluer la possibilité de la maintenir en attendant l’ouverture de la nouvelle piscine», a précisé Claire Bolduc.

Cris du coeur

Pratiquement tous les âges de la population témiscamienne était représentés dans la foule mobilisée pour démontrer aux élus la nécessité d’avoir une piscine au centre du territoire.

«Je me fais la porte-parole du comité citoyen. Parmi les gens présents ici, vous trouverez des professionnels de la santé, de la justice, des gens d’affaires, des travailleurs autonomes, des personnes qui ont une crédibilité dans leur milieu. Nous pouvons mettre nos compétences à votre disposition pour vous aider à faire avancer ce dossier», a indiqué France Lessard.

«Nous croyons que vous travaillerez à construire une autre piscine. Mais aujourd’hui, la question qui nous préoccupe tous, c’est durant les quatre à cinq ans qu’il faudra attendre, pourrez-vous démontrer un même engagement à nous assurer qu’un plan de transition pour maintenir le service sera mis en place?», a demandé Yann Doherty.

«Nous sommes ici sur une base constructive pour rappeler les enjeux liés à la piscine. Les utilisateurs sont des gens actifs, des athlètes, des jeunes, des adultes qui apprennent à nager, des gens avec des problèmes de santé dont la seule façon de faire une activité est dans l’eau», a signalé Nathalie Cardinal.

Marie-Josée Girard

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Une citoyenne a fait part aux élus des questionnements de jeunes Témiscamiens face à leur retour sur le territoire une fois leurs études à l’extérieur complétées.

«Moi, j’ai nagé avec le club Exotem pendant 12 ans. C’est la natation qui a fait que je suis devenue ce que je suis aujourd’hui. Pourquoi avoir attendu d’être acculé au mur avant de réagir?», a déploré Adèle Morrissette.

«J’ai un enfant en secondaire 1 qui est membre du club Exotem et qui suit son cours de sauveteur national. Ceux qui sont aux études à l’extérieur ont poursuivi leur entraînement. Mais aujourd’hui, ils s’inquiètent: ils se demandent s’ils reviendront ici, si leurs enfants pourront, eux aussi, avoir accès à une piscine», a prévenu Marie-Josée Girard.

Impliquer la population

Au terme de la période de questions, la préfète s’est engagée à tenir la population informée du développement du dossier, à travers des communications avec le comité citoyen formé pour la piscine et à travers un onglet sur le site web de la MRC, où les gens pourront être informés et faire part de leurs questionnements ou commentaires.

«Nous vous remercions d’avoir manifesté votre intérêt, nous entendons votre message et nous aurons besoin de vous à toutes les étapes de la réalisation de la nouvelle piscine», a-t-elle lancé à l’assistance.

Commentaires

29 novembre 2018

Jacques Bélanger

Est où votre député du Témiscamingue???

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média