Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

30 novembre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Comment bien préparer un transfert d’entreprise

Serge Bastien notaire CTEQ

©Photo L’Éclat / Le Citoyen - Marc-André Gemme

Serge Bastien a été notaire pendant de nombreuses années. Il agit maintenant à titre de conseiller sénior pour le CTEQ en Abitibi-Témiscamingue.

Transférer ou céder son entreprise est une étape importante dans la vie d’un entrepreneur, mais trop peu d’entre eux sont vraiment prêts à franchir cette étape importante.

Alors que beaucoup d’entrepreneurs s’apprêtent à prendre leur retraite, la question de la vente ou du transfert d’entreprise doit être prise au sérieux. Pour les jeunes entrepreneurs, c’est plutôt la question de partir un nouveau projet ou de reprendre celui d’un autre qui les touche. 

Afin de faciliter la vente ou le transfert, le propriétaire d’une entreprise doit s’assurer de bien planifier cette transaction. Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) est un organisme à but non lucratif qui offre ses services gratuitement aux entrepreneurs qui pensent justement à vendre, céder ou transférer leurs entreprises. 

«Le danger sous-jacent à un transfert mal planifié, c’est de voir une baisse de la valeur de l’entreprise et une baisse de productivité. Dans certains cas, ça peut même aller jusqu’à la fermeture», a expliqué Serge Bastien, conseiller sénior pour le CTEQ, lors d’une conférence organisée le 20 novembre à La Sarre par la Chambre de commerce et d’industrie d’Abitibi-Ouest (CCIAO). 

Remettre ça à demain 

Une chose qu’ont constaté les experts du CTEQ, c’est que plusieurs entrepreneurs ont déjà songé à planifier leur relève, mais comme leurs priorités sont plus axées sur les opérations quotidiennes, la planification de la retraite devient un enjeu très secondaire. 

«Les gens vont mettre ça de côté ou y travailler tranquillement, mais c’est rarement une priorité avant la dernière minute», a fait comprendre M. Bastien. 

Les étapes 

Le travail fait par l’équipe du CTEQ se fait en plusieurs étapes. La première consiste à informer les entrepreneurs afin qu’ils soient bien conscients des enjeux liés au transfert d’une entreprise. Vient ensuite la formation sur la relève et le transfert ainsi que le référencement à d’autres experts qui seront possiblement requis dans le processus: comptables, notaires, assureurs, etc. 

L’entreprise est alors invitée à dresser un profil de ses activités. Ce profil contient les actifs et passifs de l’entreprise, son chiffre d’affaires, le nombre d’employés, etc. 

«On ajoute ces informations dans un index confidentiel qui permet d’attirer d’éventuels repreneurs, a indiqué Serge Bastien. Lorsqu’on a un match entre un acquéreur et un vendeur, on organise une rencontre entre les deux pour voir l’intérêt et parler de l’entreprise.» 

Plusieurs autres étapes s’ajoutent au service offert par le CTEQ, mais l’organisme vise surtout à assurer la pérennité des entreprises sur le territoire. Il va mettre tous les efforts possibles pour que l’entreprise demeure entre les mains d’entrepreneurs de la région avant d’aller à l’extérieur. 

La clé de la réussite 

«La clé du succès dans le transfert d’une entreprise, c’est de s’entourer des bons experts», a lancé Serge Bastien. Le CTEQ va ainsi aider les entrepreneurs à trouver les bonnes personnes, que ce soit au niveau de la planification financière ou des questions légales. 

L’organisme travaille également de près avec les autres organismes liés à l’économie comme les MRC, les chambres de commerce, les SADC ainsi que les centres locaux d’emploi. Chacune de ces sources pourra également aider les entrepreneurs à amorcer le processus et à les orienter vers les bonnes ressources. 

Ne pas attendre qu’il soit trop tard 

Reste que le facteur le plus important à travers toutes ces étapes vient de la volonté de préparer ce transfert avant qu’il ne soit trop tard. 

«Bien qu’on ne le souhaite jamais à personne, l’arrivée d’une maladie ou d’un accident peut rapidement changer bien des choses pour un entrepreneur. C’est une des raisons pour lesquelles celui-ci doit être prêt à transférer son entreprise», a souligné M. Bastien.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média