Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

30 novembre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

L’érotisme à travers l’âge en vedette à La Sarre

Louis Brien  Karine Hébert

©Photo L’Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Le Centre d’art Rotary présente une nouvelle exposition sur le sexe et l’érotisme. C’est une collaboration entre Karine Hébert et son ami et ancien professeur, Louis Brien.

Louis Brien Karine Hébert

©Photo L’Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Louis Brien en compagnie de son ancienne étudiante devenue amie, Karine Hébert.

L’exposition Don et abandon: le sexe comme parcelle d’éternité sera présenté au Centre d’art Rotary de La Sarre jusqu’au 13 janvier. Elle présente des œuvres de lithographie et des collages de Louis Brien ainsi que des photographies et des pièces de Karine Hébert. 

Étant plutôt une artiste performative, Karine Hébert a offert une prestation lors du vernissage, qui a eu lieu le 15 novembre. Celle-ci a été enregistrée et sera présentée en vidéo dans la galerie pour le temps de l’exposition. 

Louis Brien  Karine Hébert

©Photo L’Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

L’érotisme et l’âge 

«Louis a été mon professeur au cégep, a raconté Karine Hébert. Après mes études on est restés de bons amis et ça faisait longtemps qu’on voulait faire un projet ensemble.» 

Les deux artistes ont donc travaillé sur le concept de la sensualité et de l’exploration du corps. «Étant une artiste performative, j’ai décidé d’utiliser la photographie pour répondre au travail de Louis», a indiqué Karine Hébert. 

De son côté, Louis Brien travaille avec la gravure depuis plus de 50 ans. «Avec le temps, j’ai accumulé beaucoup d’œuvres, alors quand Karine m’a approché pour faire cette exposition, j’ai pris des ciseaux pour découper mes œuvres afin d’en faire des collages, a expliqué Louis Brien. Puisqu’on parlait de sensualité et d’érotisme, j’ai créé des pièces qui relatent la vie sexuelle des couples de tous âges.» 

Performance 

Alors que Louis Brien travaille avec des images fixées dans le temps, les œuvres de Karine Hébert bougent et évoluent constamment. «Je me suis inspiré des œuvres de Louis et tout ce que j’ai fait est en réponse à son travail», a expliqué l’artiste. 

Les photos exposées ont été faites spécifiquement pour l’exposition et cherchent à montrer et mettre en valeur le corps. «Ma collaboratrice m’a peint en doré et j’ai utilisé l’espace pour explorer la question de l’érotisme», a souligné Karine Hébert. 

Par exemple, une des photos présentées à La Sarre démontre l’artiste dans la pose d’une statue du sculpteur Auguste Rodin. Une autre de ses œuvres représente une collection de baisers. «J’ai demandé à des gens de me donner un baiser, que j’ai capturé avec une caméra», a-t-elle indiqué. 

L’âge et l’évolution du corps 

«Mon approche est toujours dans la perspective du désir au féminin, a affirmé Karine Hébert. Donc, en réponse à cette question du désir, je questionne le corps féminin qui vieillit.» 

Une de ses photos la représente tenant une pomme flétrie et représente l’impact du temps sur la peau. Les visiteurs sont d’ailleurs invités à visiter l’exposition à plusieurs reprises puisqu’une de ses œuvres évoluera également dans le temps. 

«J’ai travaillé avec de vraies pommes, que j’ai recouvertes de feuilles d’or, a souligné Mme Hébert. Avec le temps, les pommes vont vieillir et l’œuvre va se transformer progressivement.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média