Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

30 novembre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Les victimes d’agressions sexuelles seront mieux épaulées

Le CAPACS-AO lance un nouveau programme de formation

Bianca Matte, Stéphanie Beaudoin et Joannie Poliquin CAPACS-AO

©Photo L’Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Bianca Matte, Stéphanie Beaudoin et Joannie Poliquin sont intervenantes au CAPACS-AO et donnent la formation.

Le Centre d’aide et de prévention des agressions à caractère sexuel de l’Abitibi-Ouest (CAPACS-AO) a officiellement lancé un nouveau programme de formation qui vise à aider les gens à bien écouter et épauler les victimes d’agressions à caractère sexuel.

Cette nouvelle formation gratuite, qui s’intitule Formé pour vous épauler, vise à aider les gens à agir de la bonne manière envers une personne ayant été victime d’une agression qui décide de se confier. 

«Beaucoup des gens qui viennent nous voir nous ont expliqué que, bien souvent, ils ne savaient pas vers qui se tourner, à qui faire confiance ou si la personne vers qui elles pensaient se tourner serait apte à recevoir ce qu’elle avait à lui dire», a expliqué Bianca Matte, intervenante au CAPACS-AO. 

C’est donc pour cette raison que les intervenantes ont décidé de mettre en place une formation pour aider les gens à mieux accueillir les dévoilements ou dénonciations d’agressions sexuelles. 

Ne pas questionner 

Le réflexe de la plupart des gens quand quelqu’un lui raconte un problème est de poser des questions. Or, lorsqu’il s’agit d’une agression sexuelle, il faut faire bien attention à ce qu’on dit. «Comme personne, on veut bien faire, mais ce n’est pas ça qu’il faut faire», a souligné Bianca Matte. 

Le plus important lorsqu’une victime approche quelqu’un pour se confier, c’est de l’écouter. Les seules questions qui devraient lui être posées concernent ses besoins et non pas des questions en rapport avec l’événement. 

«Quand on pose des questions intrusives tel que le nom de l’agresseur ou une description de l’événement, la victime va se refermer comme une huitre, a indiqué Mme Matte. Du moment qu’elle reçoit trop de questions, elle risque de se dire que son confident ne la croit pas.» 

La formation est offerte aux organismes ainsi qu’à tous les citoyens d’Abitibi-Ouest. Pour plus d’information, visitez le site web du CAPACS-AO ou communiquez avec eux par téléphone. 

Un autocollant 

Toutes les personnes qui auront participé à la formation du CAPACS-AO recevront un autocollant qu’elles pourront apposer sur leur véhicule, porte de bureau ou autre. En voyant cet autocollant, les victimes pourront savoir que cette personne est formée pour bien répondre à leurs besoins. Il permettra d’établir un lien de confiance dès le départ.

Commentaires

1 dcembre 2018

Sylvie

Elle se donne quand cette formation

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média