Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 Novembre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Fusion des services incendie: le sort est dans les mains des maires

Pompiers La Sarre Abitibi-Ouest

©Photo L’Éclat / Le Citoyen - Marc-André Gemme

La question de la fusions des services de sécurité incendie se pose depuis plusieurs années en Abitibi-Ouest. C’est maintenant au tour des maires de prendre des décisions.

La troisième et dernière étape de l’étude réalisée par la MRC d’Abitibi-Ouest au sujet des fusions de services de sécurité incendie a été présentée aux maires. Les décisions à ce sujet sont maintenant entre leurs mains.

Au début de 2017, les maires d’Abitibi-Ouest ont mandaté la MRC pour procéder à une étude afin de déterminer les avantages et les inconvénients d’une fusion des services de sécurité incendie.

«En tant que MRC, nous avons agi à titre de facilitateur dans le dossier. Maintenant, c’est aux municipalités de se concerter et de prendre des décisions ensemble», a expliqué le préfet de la MRC d’Abitibi-Ouest, Jaclin Bégin.

Plusieurs scénarios se présentent aux maires. Ils pourraient choisir de fusionner par secteur, opter pour une fusion totale ou encore décréter la fermeture de certaines casernes, mais chaque décision devra être soumise aux conseils municipaux.

Rappel des besoins

Peu importe le scénario qui sera retenu par les municipalités, leur décision risque de coûter de l’argent aux contribuables. Or, le préfet a rappelé les raisons pour lesquelles les maires avaient demandé cette étude en premier lieu.

«On a fait ça parce qu’il y a des lacunes au niveau de la formation et de la prévention, en plus du fait que c’est parfois difficile de recruter des pompiers», a signalé Jaclin Bégin.

Plusieurs municipalités montrent des lacunes importantes au niveau des normes de prévention établies par le schéma de couverture de risques en incendies.

Les conclusions du rapport

Le rapport a mis en lumière de nombreux éléments. «Tout d’abord, on nous dit qu’on n’a pas trop de casernes, trop de pompiers ou trop de camions, a indiqué Jaclin Bégin. Ils nous ont donc proposé des scénarios avec les effectifs déjà en place.»

Bien que le nombre soit adéquat pour la région, la répartition des ressources est inégale. La partie sud de la MRC, par exemple, compte un très grand nombre de casernes. Palmarolle, Sainte-Germaine-Boulé, Duparquet, Roquemaure et Gallichan comptent chacune une caserne et un chef pompier. «On pourrait peut-être conclure que la partie sud serait tout aussi bien couverte avec quelques casernes en moins, ce qui diminuerait les coûts pour certaines municipalités, qui peinent à maintenir leur caserne», a souligné M. Bégin.

Le rapport suggère également la création de trois grands secteurs, soit le sud, le nord et l’est. Le service de La Sarre serait fusionné avec le secteur est ou le secteur nord. Un chef pompier, un préventionniste et une secrétaire chapeauteraient ces trois secteurs. «Chacun des trois pôles aurait à son tour un capitaine, a mentionné le préfet. Ça faciliterait beaucoup les choses au niveau de la formation et de la prévention.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média