Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

09 décembre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La vigueur de l’économie maintient sa pression sur le marché immobilier

Maison vendre Val-d'Or

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

À Val-d’Or, 250 transactions ont été enregistrées de janvier à septembre, soit 29 de moins que pour la même période en 2017.

IMMOBILIER. La vigueur de l’économie soutenue par l’industrie minière continue de mettre de la pression sur les marchés immobiliers de Rouyn-Noranda et Val-d’Or, où la demande croît plus vite que l’offre.

C’est ce qui se dégage des portraits immobiliers de ces deux municipalités réalisés en novembre par JLR Solutions Foncières. Dans les deux cas, le parc immobilier est composé à 80 % de maisons unifamiliales et près de 20 % de plex. Les portraits s’intéressent donc surtout au marché unifamilial (maisons individuelles, en rangées ou jumelées).

Prix médian en hausse

À Val-d’Or, selon les données colligées à partir du Registre foncier, 250 transactions ont été enregistrées de janvier à septembre, soit 29 de moins que pour la même période en 2017. On rapporte aussi 68 mises en chantier, ce qui est supérieur à l’année précédente.

Ça n’a pas empêché le prix médian d’augmenter de 8 % pour atteindre à 237 687 $ durant les neuf premiers mois de l’année. Une croissance attribuable à une demande qui demeure plus grande que l’offre. Un phénomène bien présent depuis longtemps, puisque le prix médian a bondi de 120 % de 2006 à 2016 dans ce marché, la plus forte hausse au Québec… avec Rouyn-Noranda.

Publicité

Défiler pour continuer

Et la pression n’est pas près de se résorber sur le marché immobilier valdorien. Selon JLR, la mise en marche attendue du projet minier aurifère Lamaque-Sud par Eldorado Gold Lamaque, avec ses quelque 400 emplois, viendra ajouter une pression additionnelle. En revanche, le contexte sera sans doute idéal pour développer des projets résidentiels.

Marché de la revente

Du côté de Rouyn-Noranda, bien qu’on rapporte 10 mises en chantier de plus que l’an dernier durant les trois premiers trimestres, ce n’est pas suffisant pour répondre à la demande croissante. Selon le Registre foncier, 397 maisons ont changé de mains de janvier à septembre et dans 99 % des cas, il s’agissait de revente, en raison du peu de nouvelles propriétés sur le marché.

Le prix médian a de ce fait même grimpé de 7 % pour atteindre 230 000 $. JLR croit que l’annonce en 2017 du projet de Ressource Falco pourrait avoir influencé les vendeurs potentiels à attendre une hausse du prix de leur propriété, réduisant ainsi l’offre sur le marché. Cela se traduit par une pression à la hausse sur les prix.

Depuis 2006

N’empêche que là aussi, le phénomène n’est pas nouveau. De 2006 à 2016, la plus forte croissance de prix médian des maison unifamiliales au Québec était enregistrée à Rouyn-Noranda (120 %). Et tout comme à Val-d’Or, la situation ne semble pas sur le point de se résorber.

La perspective de voir le projet Horne 5 de Falco aboutir dans les prochaines années devrait stimuler le marché immobilier, tant pour la revente que pour le neuf. Cette pression pourrait aussi entraîner la mise en chantier de projets immobiliers afin de répondre à la demande.

 

Marché locatif sous tension à Val-d’Or

JLR Solutions Foncières aborde aussi l’essoufflement du marché locatif à Val-d’Or, qui affichait un taux d’inoccupation de 1,2 % en octobre. La firme croit que les coûts de construction plus élevés en région pourraient expliquer le maigre niveau de l’offre. Cette rareté a eu pour effet d’entraîner une hausse des loyers. D’octobre 2007 à octobre 2017, le loyer médian a bondi de 35 %.

 

La vigueur du secteur minier en cause

La vigueur du secteur minier avec les salaires élevés qui y sont rattachés expliquerait en grande partie les hausses soutenues des prix à Rouyn-Noranda et Val-d’Or. La montée de la valeur des métaux de 2006 à 2011 a largement contribué à la hausse de la demande de logements, entraînant une hausse du prix des maisons appuyée aussi par l’accroissement des revenus. Le prix des métaux demeure assez élevé depuis pour générer des investissements et stimuler l’activité économique dans les deux villes minières.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média