Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

01 décembre 2018

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Des tricots qui réchauffent les cœurs

La paroisse Sainte-Trinité déploie une initiative ingénieuse pour venir en aide aux démunis

AB-ArbreTricots

©L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

Chantal Giroux et Johanne Cliche souhaitent amasser plus de 775 vêtements d’hiver, qu’elles pourront ensuite remettre à des personnes moins nanties.

Pour une deuxième année, la paroisse Sainte-Trinité de Rouyn-Noranda a fait appel à la générosité de la population en la sollicitant pour tricoter foulards, mitaines et autres accessoires d’hiver qu’elle remettra aux personnes démunies.

L’Arbre à tricot est né dans le cadre de la première Journée des pauvres, décrétée en 2017 par le pape François 1er. Le comité liturgique s’est rassemblé afin de trouver une action qu’il pourrait mettre en place pour aider les plus démunis.

«L’idée est venue de tricoter pour répondre aux besoins des personnes démunies, a expliqué Chantal Giroux, coordonnatrice de la pastorale à la paroisse Sainte-Trinité. Parce que cette journée a lieu en novembre et que l’hiver est alors à nos portes, nous savions que ce ne sont pas tous les gens qui ont la chance d’avoir le nécessaire pour affronter le froid.»

Le projet a rapidement fait boule de neige. Le comité liturgique a fait appel à ses tricoteurs et tricoteuses pour qu’ils fassent don de mitaines, foulards et tuques.

«L’an passé, on a amassé 775 morceaux qui ont été distribués aux gens dans le besoin. Cette année, nous avons récidivé en espérant en avoir encore plus. Est-ce que nous serons en mesure de répondre à toutes les demandes? Nous le saurons d’ici quelques jours», a ajouté Johanne Cliche, membre du comité liturgique.

«Nous avons particulièrement besoin de mitaines, puisqu’elles sont très en demande dans les écoles» - Chantal Giroux

Dons de tricots et de laine

Les dons de pièces tricotées ou de balles de laine peuvent être faits directement au secrétariat de la paroisse Sainte-Trinité sur la rue Mercier. Les pièces tricotées seront remises à de nombreux organismes sans but lucratif de Rouyn-Noranda. Déjà, plusieurs ont fait connaitre leurs besoins.

«Il est possible de faire des demandes jusqu’en mars, a précisé Mme Cliche. S’il reste des vêtements chauds, ils seront distribués l’automne suivant avant que les froids d’hiver ne débutent.»

Plusieurs arbres à tricot ont été érigés à Rouyn-Noranda pour recueillir les dons. C’est le cas dans les deux églises de la paroisse Sainte-Trinité, à la Résidence Saint-Pierre et chez les Sœurs Notre-Dame-Auxiliatrice.

@ST:Bénéfices inattendus

@R:Le but de l’Arbre à tricots était de venir en aide aux personnes démunies, mais le projet a généré d’autres effets positifs qui n’avaient pas été envisagés.

«Les gens se sont mis à tricoter, mais pas uniquement de façon isolée dans leur foyer, a souligné Mme Giroux. Dans les résidences pour personnes âgées, des groupes de tricot ont vu le jour. Ils se sont multipliés et les gens se sont mis à tricoter ensemble. Ça s’est mis à produire beaucoup.»

Pour plusieurs de ces groupes, il n’était pas question d’arrêter le tricot après la remise des pièces l’année dernière.

«Même après la distribution, les gens ont voulu poursuivre le tricot parce que cela a créé un volet communautaire dans les résidences, a indiqué Chantal Giroux. On s’est rendu compte que le projet avait généré beaucoup plus de retombées que le fait d’habiller des gens dans le besoin. Ça a permis de briser l’isolement de certaines personnes. Ce n’était pas prévu au départ.»

Faits avec amour

Johanne Cliche a relevé à plusieurs reprises la grande générosité des gens qui ont pris la peine de faire un tricot. Chaque morceau représente plusieurs heures de travail. Elle a également partagé un moment qui l’avait particulièrement touchée.

«Je triais les tricots, l’année dernière, lorsque j’ai constaté qu’il y avait un morceau de papier dans une pantoufle. Je l’ai retiré et j’y ai lu un superbe message d’amour», a-t-elle raconté.

Une grand-maman avait pris le temps de tricoter ces pantoufles et elle voulait que la personne qui les recevrait sache qu’elles avaient été faites avec amour. Elle souhaitait également que les pantoufles puissent tenir au chaud le jeune enfant qui aurait la chance de les porter.

Partenariat communautaire

Afin de fournir en matière première les tricoteurs et tricoteuses, il a fallu trouver une solution. Un partenariat communautaire a été créé avec les Chevaliers de Colomb et la Fonderie Horne. Cela a permis d’acheter de la laine et poursuivre le tricot à longueur d’année, lorsqu’il y avait moins de dons de laine.

 

À vos aiguilles!

Jusqu’au 13 décembre, un groupe de tricot se réunit à la paroisse Sainte-Trinité tous les jeudis de 13h à 15h. L’inscription n’est pas obligatoire. Les gens n’ont qu’à apporter leurs aiguilles et leur laine. Il y aura aussi un petit groupe en soirée les jeudis de 18h30 à 20h30. Il est très probable que le groupe de tricot poursuive sa mission au-delà du mois de décembre.

Commentaires

3 dcembre 2018

Lucie Trudel

Bravo! Heureuse initiative qui fait du bien...

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média