Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

02 décembre 2018

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Un parfum de succès flotte à Lorrainville

Fromage Au Village prend de l’expansion sur tous les plans

Hélène Lessard

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les dernières années auront été fastes pour Fromage Au Village, à Lorrainville. En plus de doubler sa superficie, l’entreprise a acquis une fromagerie dans les Laurentides et a accru sa distribution en Ontario.

Hélène Lessard, copropriétaire de Fromage Au Village avec son conjoint Christian et maintenant leur fille Anne depuis deux ans, était tout sourire lorsque nous l’avons rencontrée. L’entreprise est en pleine forme. Un parfum de succès semble flotter lorsqu’on entre dans les locaux inaugurés il y a un an sur la rue Notre-Dame Ouest à Lorrainville.

Tout d’abord, 400 000 $ du récent investissement de 1,7 M $ ont permis d’acquérir, au printemps 2016, une fromagerie située à Ferme-Neuve, tout près de Mont-Laurier dans les Laurentides.

«Il s’agit de Studio Fromager, anciennement la Fromagerie de l’Érablière, dont le propriétaire, Gino Papineau, arrivait à un tournant, a relaté Mme Lessard. Nous avons ainsi acquis les équipements et les procédés de fabrication de ses quatre fromages. Tous nos nouveaux fromages qui ne sont pas liés au thème de l’église viennent de cette fromagerie. Il s’agit du Casimir, du Sieur Corbeau, du Diable aux vaches et de la Coulée des érables.»

Nouveaux emplois

Cette acquisition a permis de créer un emploi et demi de plus, faisant passer le nombre des employés à 18. «Trois de ces quatre fromages sont des fromages à croûte lavée qui exigent beaucoup de travail dans les chambres de vieillissement, car il faut les laver et les brosser chaque jour, a précisé Mme Lessard. Il s’agit d’un emploi à temps partiel pour ce procédé, mais aussi d’un emploi de plus au niveau de la préparation du découpage des fromages car le volume se trouve ainsi augmenté.»

Quoiqu’il reste un travail à faire pour positionner ces nouveaux fromages au niveau provincial, leur accueil dans la région a été très satisfaisant, selon la fromagère.

Fromage au Village

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

«Tous nos nouveaux fromages qui ne sont pas liés au thème de l’église viennent de cette fromagerie. Il s’agit du Casimir, du Sieur Corbeau, du Diable aux vaches et de la Coulée des érables.» - Hélène Lessard

De l’expansion en Ontario

:Depuis octobre 2013, Fromage Au Village a développé un partenariat avec Miel Abitémis pour développer un réseau de distribution de produits témiscamiens du côté ontarien. La démarche semble avoir porté fruit, car le volume des ventes en Ontario connait une croissante constante.

«Vite comme ça, je ne pourrais pas donner un chiffre précis, mais je pourrais dire que nous sommes passés de un ou deux jours à quatre jours de distribution par semaine, a indiqué Hélène Lessard. Nous avons maintenant des points de vente de New Liskeard à North Bay, en passant par Sudbury jusqu’à Timmins.»

Développer le «couic couic» du côté ontarien

Fait particulier, le principal produit offert du côté ontarien est le fromage en grains. Et fait encore plus particulier, cette clientèle était davantage friande de cheddar que de ce type de fromage qui se déguste frais du jour, à la température de la pièce.

«C’est culturel, a noté Hélène Lessard. Au départ, nos ventes se faisaient principalement auprès des enclaves franco-ontariennes. Il a fallu faire un peu d’éducation. Ce qui est apprécié dans le fromage en grains, c’est sa texture, le ʺcouic couicʺ qu’il fait quand on le croque. Au début, les Ontariens avaient tendance à le réfrigérer, ce qui lui enlève une partie du plaisir à le consommer.»

La différence culturelle entre l’Ontario et le Québec en matière de fromage en grains va au-delà de la texture, car on consomme deux fois plus de fromage en grains assaisonné en Ontario que du côté québécois. Le fromage en grains assaisonné ne dépasse pas 25 % de la consommation de ce côté-ci du lac Témiscamingue, alors que du côté ontarien, elle peut facilement atteindre les 50 %.

Quoiqu’il en soit, les Ontariens semblent avoir bien compris la leçon de dégustation de fromage en grains, car les ventes de Fromage Aau Village ont plus que quadruplé en cinq ans, passant de 50 000 $ en 2013-2014 à 300 000 $ en 2017-2018.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média