Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

03 décembre 2018

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Robotique Cuivre et Or 6929 vise la première place en février

AB-Robots

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

Les jeunes de la concentration robotique de l’école D’Iberville ont conçu un robot qui a impressionné les gens de l’Agence spatiale canadienne.

Forte de sa première place lors de la compétition de robotique BetaBots et de son Prix de l’Agence spatiale canadienne, l’équipe Robotique Cuivre et Or 6929 de l’école secondaire D’Iberville de Rouyn-Noranda vise le sommet pour le Festival de robotique FIRST, qui aura lieu en février.

Les 11 membres de l’équipe étaient plus que satisfaits de la performance qu’ils ont réalisée, le 24 novembre à l’école secondaire Jeanne-Mance de Montréal. Les élèves de la 3e à la 5e secondaire ont dominé la compétition en cumulant 24 points.

«Il y avait eu une compétition de BetaBots la semaine précédant notre compétition. Elle a été remportée par les Droïdes du Collège Saint-Sacrement de Terrebonne et ils nous avaient informés qu’ils étaient en mesure de faire 25 à 30 points par match. Lors de nos pratiques, nous réussissions de 45 à 50, alors nous étions vraiment confiants», a déclaré Maxime Major.

La confiance des jeunes venait également d’un autre facteur. «Avoir un robot qui fonctionne en compétition, c’est déjà beaucoup. La moitié des équipes ont éprouvé des problèmes techniques et leur robot n’était pas en mesure d’accomplir la tâche demandée. Nous avions réussi à régler quelques problèmes. J’étais donc confiante qu’on puisse bien performer», a souligné Mélina Pitre.

«J’étais confiante en mon équipe. Pas parce que nous avions de bons résultats lors des pratiques, mais surtout parce que je savais que tout le monde avait bien travaillé», a ajouté Annabel Ouellet.

«J’étais confiante en mon équipe. Pas parce que nous avions de bons résultats lors des pratiques, mais surtout parce que je savais que tout le monde avait bien travaillé» - Annabel Ouellet  

Peu de temps

Les élèves ont commencé la création de leur robot au début du mois d’octobre. Pour parvenir au résultat final, il aura fallu passer par diverses étapes. Les jeunes ont d’abord dû mettre leurs idées en commun sur le robot qu’ils voulaient construire. Par la suite, ils ont fait de la modélisation avant de le construire.

«Nous avons dans notre horaire des périodes allouées pour faire de la robotique. Nous avons aussi investi du temps à l’extérieur de ces cours-là. Par exemple, on pouvait venir le matin avant nos cours, les soirs ou pendant les journées pédagogiques», a précisé Joanita Alodewou.

Un des grands enjeux du défi était de déplacer le robot en mode autonome. Cela a nécessité plusieurs heures de labeur afin de répondre aux scénarios qui allaient être présentés aux équipes en compétition.

«On ne connaissait pas le langage de programmation au départ. On a donc dû l’apprendre avant de commencer. Ça a été difficile au départ, mais Antoine et moi y sommes parvenus. Il faut que le robot se déplace seul, mais il doit être en mesure d’éviter les obstacles. Il faut donc programmer un parcours très précis», a expliqué Nicolas Rodrigue.

Agence spatiale canadienne

Robotique Cuivre et Or 6929 aura l’occasion de visiter les installations de l’Agence spatiale canadienne à Saint-Hubert en raison du prix que l’équipe a remporté aux BetaBots. Les élèves ont réussi à impressionner avec leur programmation. Cette visite sera un moment très spécial pour plusieurs d’entre eux.

«La robotique, ce n’était pas tellement mon fort, a admis Joanita Alodewou. J’ai appris à assembler des roues de robots. Avec les efforts de tout le groupe, nous allons pouvoir visiter l’Agence spatiale canadienne. C’est juste incroyable!»

«Ce n’est pas quelque chose qui arrive tous les jours. Je ne crois pas que j’aurais eu cette occasion-là si je n’avais pas participé à la compétition. C’est pour cela que c’est comme un rêve», a admis Mélina Pitre.

Prochain défi

Leur victoire à peine savourée, les élèves sont déjà en attente de leur prochain défi. Il s’agit du Festival de robotique FIRST, qui aura lieu du 28 février au 3 mars au Stade olympique de Montréal. En plus de se mesurer à des rivales québécoises, des équipes provenant d’un peu partout en Amérique du Nord seront aussi de la compétition.

Les participants recevront les consignes au début du mois de janvier et n’auront que 45 jours pour créer leur robot. Les élèves de l’école D’Iberville ont bien l’intention de démontrer tout leur savoir-faire une fois de plus.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média