Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

07 décembre 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Un septième suspect d’Oxyder devant le tribunal

police

©Photo - Archives

Le défilé des comparutions s’est poursuivi vendredi après-midi au palais de justice de Val-d’Or dans le cadre du Projet Oxyder.

Quelques jours après s’être rendu aux policiers dans la région métropolitaine, Éric Robidoux, 36 ans, de Montréal, est devenu le septième suspect à comparaître devant le tribunal cette semaine relativement à la portion abitibienne d’Oxyder, un opération de la Sûreté du Québec visant à démanteler un réseau qui contrôlerait le trafic de stupéfiants dans la région et le nord-est de l’Ontario.

Comme les autres prévenus dans cette affaire, Robidoux est accusé d’avoir été associé à une organisation criminelle, de complot pour faire le trafic de drogue et de trafic de stupéfiants de février à décembre 2017. Il a pu reprendre sa liberté moyennant une caution qui totalise 25 000 $ (15 000 $ en dépôt et 10 000 $ sans dépôt).

Pour rester en liberté durant les procédures judiciaires, Éric Robidoux, défendu par Me Mathieu Corbo, s’est aussi engagé à respecter une série de conditions demandées par la procureure de la Couronne, Me Andrée-Anne Gagnon, et imposées par le juge de paix Claude Boulianne, notamment de rester à son domicile entre 21h et 7h (sauf pour le travail ou une urgence médicale), d’être disponible pour toute vérification policière, de ne pas quitter le Québec et de ne pas se trouver en Abitibi-Témiscamingue (sauf les journées de cour), de ne pas communiquer avec les autres accusés d’Oxyder et certaines autres personnes, de ne pas en faire référence sur les réseaux sociaux, de ne pas posséder ou utiliser d’armes, de ne pas se trouver dans un bar, de ne pas posséder ou consommer de drogue, incluant le cannabis, et de ne pas posséder de logiciel d’encryptage.

Ça reprend le 7 janvier

Rappelons que trois autres accusés dans cette affaire ont aussi pu ou pourront reprendre leur liberté sous l’engagement de respecter les mêmes conditions, soit Martin Boucher, de Val-d’Or, Miguel Laliberté, de Rouyn-Noranda, et Guillaume Fillion-Beaumont, de St-Jean-sur-Richelieu.

Pour leur part, Gyslain Guay, de St-Sauveur, Yannyck Simard, d’Amos, et Naiian Brière-Gauthier, de Val-d’Or (lequel est déjà en prison pour une autre affaire), demeurent détenus au moins jusqu’à leur prochaine comparution, prévue le 7 janvier. Boucher, Laliberté et Fillion-Beaumont doivent aussi comparaître le 7 janvier pour la suite des procédures judiciaires, tandis qu’Éric Robidoux reviendra devant le tribunal le 14 janvier.

Au moment d’écrire ces lignes, la police recherchait toujours les deux suspects manquants dans cette affaire, à savoir Guillaume Langevin, 30 ans, de Malartic, et Denis Savard, 46 ans, de Lantier dans les Laurentides, qui font face aux mêmes accusations que les sept individus déjà arrêtés, en plus de possession d’armes prohibées.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média