Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

26 Juin 2018

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Le Parti vert du Canada veut relancer les trains de passagers

Aline Bégin a fait découvrir l’Abitibi-Témiscamingue à Elizabeth May chef du Parti vert du Canada.

Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada (PVC) était de passage en région les 25 et 26 juin pour y présenter sa candidate, Aline Bégin, et lancer la campagne du PVC dans Abitibi-Témiscamingue.

Mme May et sa candidate ont rencontré les gens du Comité de citoyens de Malartic pour écouter leurs doléances à propos de la mine. «Nous ne sommes pas d’emblée contre les mines, mais les élus doivent travailler pour les citoyens et leurs inquiétudes. La qualité de vie des gens du quartier sud est inacceptable», a déclaré Mme May. Elle a aussi exprimé son inquiétude à propos du projet de Sayona minign à Amos, qui prévoit la construction d’une mine de lithium à proximité de l’esker St-Mathieu et elle a plaidé en faveur de la tenue d’un Bureau d’audiences publiques pour répondre aux questions de la population et assurer la protection de l’eau. Mme May a aussi rencontré les gens de Pikogan pour savoir ce qui préoccupe les Premières nations.

Trains

Elizabeth May a proposé de réactiver le transport de passagers par train pour aider à régler les problèmes de transports. «Il faudrait faire des liens entre des autobus électriques et les trains», a-t-elle déclaré. «Il y a des chemins de fer partout dans notre vaste région, même si l’on mettait en place un système de voitures électriques, ce ne serait nécessairement la solution», a renchéri Mme Bégin. Mme May a tout de même pris position en faveur de l’installation de bornes de recharge rapide pour les véhicules électriques. Elle s’est prononcée en faveur d’une gestion forestière durable. Elle considère que les enjeux en lien avec les changements climatiques ne sont pas seulement des enjeux environnementaux, mais bien des enjeux de société où l’économie et la sécurité des personnes sont menacées, spécifiquement dans les zones côtières.

Elle a plaidé en faveur d’une gouvernance plus consensuelle où les municipalités auraient la chance de s’exprimer sur les enjeux qui les concernent. Elle considère qu’il «faut mettre sur pied une économie moderne et durable». «Pour la création de la nouvelle économie, il faut vraiment être connecté avec la population locale», a dit Mme Bégin.  Les deux femmes se sont exprimées en faveur d’une couverture Internet et cellulaire de qualité en région.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par