Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

10 Juillet 2018

Andréi Audet - aaudet@lexismedia.ca

Développement commercial: les défis auxquels font face Rouyn-Noranda

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie se prononce

Développement commercial: les défis auxquels font face Rouyn-Noranda

©Archives - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les investisseurs doivent parfois jongler avec plusieurs obstacles à Rouyn-Noranda.

Cessations de terrains difficiles, zonage parfois restrictif, population moins nombreuse qu’ailleurs, la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN) admet qu’il n’est pas toujours simple d’investir dans projets commerciaux sur le territoire de sa ville.

Le manque de commerces, particulièrement ceux de grandes surfaces, est réellement visible à Rouyn-Noranda, selon Jean-Claude Loranger, président de la CCIRN. 

«Pourquoi, à Val-d’Or, il y a des commerces de grande surface qui sont capables de s’implanter, mais qu’à Rouyn-Noranda, on a de la difficulté à en attirer, alors qu’on est une plaque tournante de la région? Il va falloir qu’on règle le problème», expose-t-il. 

La lenteur des ministères 

Plusieurs terrains vacants appartiennent à différents ministères, dont celui de l’Énergie et des Ressources naturelles. Lorsque vient le temps de les céder, il est extrêmement difficile de procéder dans des délais raisonnables, selon M. Loranger. 

«C’est très long avant qu’un ministère se décide lorsque vient le temps de vendre un de ses terrains. J’espère que ceux qui se présenteront aux prochaines élections soulèveront la question. Il faut une volonté réelle de leur part», ajoute-t-il. 

«Pourquoi, à Val-d’Or, il y a des commerces de grande surface qui sont capables de s’implanter, mais qu’à Rouyn-Noranda, on a de la difficulté à en attirer?» - Jean-Claude Loranger

Des compromis à faire 

Marie-Ève Bastien, une femme d’affaires qui désirait implanter un restaurant A&W tout près de la station-service Pétro-Canada sur l’avenue Québec, s’était butée à un refus de la Ville, en 2012. 

Le maire de l’époque, Mario Provencher, avait refusé qu’un projet de restauration rapide voie le jour sur le terrain convoité par Mme Bastien, puisqu’il souhaitait le réserver pour la construction de logements. Six ans plus tard, aucun promoteur n’a construit de blocs à logements à cet endroit, alors que, un peu plus loin, les condos se sont multipliés. Cette situation démontre un manque d’ouverture de l’ancienne administration, croit le président de la CCIRN. 

«En ce qui a trait aux terrains, la nouvelle administration Dallaire a la volonté de faire plus de compromis. La Chambre de commerce a été très critique de la façon dont l’ancienne abordait le milieu commercial», précise-t-il. 

Selon Diane Dallaire, le conseil municipal serait prêt à écouter toutes les personnes intéressées à développer de nouveaux projets. La mairesse de Rouyn-Noranda rappelle cependant qu’il y a tout de même un plan d’urbanisme à respecter. 

«Il est certain que notre priorité est d’être à l’écoute des promoteurs et de voir comment on peut les aider avec nos différents services, dont celui du zonage et de l’urbanisme», assure-t-elle. 

Un bassin moins important 

Avec une population qui dépassera bientôt le cap des 43  000 habitants, Rouyn-Noranda doit souvent voir plus large que son propre territoire pour séduire de nouveaux commerces qui seraient susceptibles de s’installer en ville. 

«Elle doit miser sur le fait qu’elle est le point central de la région. Il n’est pas rare de voir des gens du Nord de l’Ontario, du Témiscamingue et de l’Abitibi-Ouest, avec une offre plus limitée que la nôtre, venir faire leurs achats ici. On rejoint donc bien plus de personnes que nos habitants eux-mêmes», explique Jean-Claude Loranger. 

Optimiste 

Consciente que la Ville doit être un facilitateur afin que des bannières ou encore de plus petits magasins souhaitent avoir un pied-à-terre à Rouyn-Noranda, Diane Dallaire se dit encouragée par les discussions qu’elle a avec le milieu des affaires. 

«Oui, il faut soutenir des projets de nature commerciale. Les gens d’affaires ici sont remplis d’audace. J’ai pu le constater à travers mes rencontres», accorde-t-elle. 

Le conseil municipal précisera ses priorités en matière de développement économique au cours des prochaines semaines. Des stratégies pour encourager de potentiels promoteurs commerciaux à investir dans la ville seront notamment discutées. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média