Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

17 juillet 2018

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Le PQ lance sa campagne et révèle ses priorités

Campagne PQ A-T

©Photo La Frontière/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Sylvain Gaudreault est venu appuyer les candidats péquistes à l’occasion du lancement de leur campagne électorale régionale, à la Place de la Citoyenneté et de la Coopération à Rouyn-Noranda, le 17 juillet.

Tirant de la patte dans les sondages, le Parti Québécois a devancé ses adversaires en lançant sa campagne électorale dès le 17 juillet, à Rouyn-Noranda.

Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, était sur place pour appuyer les candidats: Gilles Chapadeau dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Élizabeth Larouche dans Abitibi-Est et Sylvain Vachon dans Abitibi-Ouest. Le député actuel d’Abitibi-Ouest et doyen de l’Assemblée nationale, François Gendron, agissait comme maître de cérémonie. 

M. Gaudreault a parlé de l’importance de bien exploiter et transformer les ressources naturelles pour créer de la richesse. Il a expliqué que le PQ était enraciné dans les régions et qu’il voulait mener une campagne sur l’importance de bien vivre, travailler et décider en région. Pour cela, il souhaite lutter contre la décroissance démographique, favoriser l’arrivée d’immigrants, faire bénéficier les régions de capital de risque et contrer la centralisation des décisions gouvernementales. 

Élizabeth Larouche: santé et route 117 

Mme Larouche, qui a longtemps œuvré en tant que gestionnaire du réseau de la santé, a fait un lapsus en dénonçant la réforme Blanchette (Barrette), qui aurait mis à mal le réseau de la santé. Elle a dit souhaiter élargir le champ de pratique de 200 000 professionnels pour favoriser l’accès aux soins. «Nos professionnels auront plus d’autonomie», a-t-elle fait valoir. Elle a aussi signifié l’importance de mieux financer les soins à domicile. Elle a parlé de l’importance de rendre la route 117 plus sécuritaire, d’implanter des bornes de recharge électriques et plaidé en faveur de réseaux internet et cellulaire élargis. 

Sylvain Vachon: région et main-d’œuvre 

Sylvain Vachon, ex-président de la Fédération régionale de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue, a manifesté des talents d’orateur évidents. Celui qui entend succéder à François Gendron a signifié sa fierté. «Quand on parle du vrai parti des région, il n’y a pas d’autre logo que celui-là. Quand tu es un régionaliste, tu ne peux pas te travestir de n’importe quelle manière. Le PQ, c’est le parti des régions», a-t-il lancé. Il a abordé l’enjeu du manque de travailleurs en rappelant que son parti souhaitait favoriser l’installation de 25 % des nouveaux arrivants dans les régions. 

Gilles Chapadeau: fin du mépris et concertation 

Gilles Chapadeau a dénoncé l’attitude du gouvernement libéral envers les régions. «Jamais, en campagne, ils n’ont annoncé qu’ils allaient mettre fin à la Conférence régionale des élus ainsi qu’aux outils de concertation et de développement. Ce que j’entends régulièrement, c’est que le gouvernement nous méprise. Il ne nous fait pas confiance. Nous voulons y remédier. L’Abitibi-Témiscamingue s’est construite par la concertation», a-t-il exposé. 

Il a dénoncé la centralisation des décisions à Québec. Il a dit vouloir défendre la région à Québec et non l’inverse. Il a déploré l’absence de leadership dans le dossier du transport collectif interurbain des Autobus Maheux. 

Fait cocasse, avant le début de la conférence de presse, Sylvain Gaudreault, a signifié à ses camarades qu’il tenait à aller dîner au restaurant Chez Morasse, un incontournable, selon lui. 

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média