Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Soccer

Retour

30 juillet 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Soccer Abitibi-Témiscamingue suspend son directeur technique

Alex Veilleux

©Gracieuseté

Alex Veilleux a été suspendu de ses fonctions de directeur technique régional par Soccer Abitibi-Témiscamingue

À quelques jours du début du tournoi des sélections régionales des Jeux du Québec, Soccer Abitibi-Témiscamingue (SAT) a suspendu son directeur technique, Alex Veilleux pour deux semaines.

Selon les échanges courriel sur lesquelles le Journal a mis la main, le directeur technique a été suspendu à la suite de son opposition à la décision du conseil d’administration de SAT de retirer le directeur technique du club de soccer de la Vallée-de-l’Or, Laurence Labonté du staff technique.

Toujours selon les échanges obtenus, Soccer Abitibi-Témiscamingue justifiait sa décision par «la non-présence de Laurence Labonté depuis plusieurs mois auprès de la sélection féminine qui était devenue problématique» et que, selon l’organisme, «il était souhaitable de ne pas aller plus loin dans la collaboration avec Laurence avec la sélection féminine et nous avons entériné cette décision commune». De plus, SAT estimait que «Morgane et toi pour les filles, êtes suffisants tant en qualité qu’en coûts.»

Alex Veilleux s’offusque

Alex Veilleux n’a pas aimé cette incursion de SAT dans son champ d’expertise. Il a souligné qu’il souhaitait tout de même compter sur Laurence Labonté dans son staff technique lors des Jeux du Québec. «En mai dernier, j’avais pensé rencontrer Laurence pour lui faire part que je prendrais sa place aux JDQ, considérant qu’il n’avait pas eu la chance de donner autant de pratiques que je voulais qu’il donne. Cependant, j’ai décidé autrement, car j’ai réalisé que, contrairement à l’été dernier, j’allais avoir la chance de passer quatre jours avec les deux directeurs techniques de club de la région», a-t-il écrit.

Le directeur technique a aussi soutenu que Laurence Labonté avait accepté de ne pas recevoir le montant d’argent réservé aux accompagnateurs pour les Jeux du Québec. Information qui fut confirmée par le principal intéressé, lorsque rejoint par téléphone. «Je ne fais pas ça pour l’argent. À la base, j’avais même oublié que j’allais recevoir un montant», a-t-il soutenu.

De son côté, Soccer Abitibi-Témiscamingue n’a pas souhaité commenter la situation. Son président, Philippe Maschinot, a souligné que le dossier suivait son cours.

Pas une surprise

Alex Veilleux, à l’emploi de Soccer Abitibi-Témiscamingue depuis juin 2016 comme directeur technique, n’est aucunement surpris de sa suspension.

«Je m’attendais à un congédiement ou une suspension depuis un moment. Il y a des gens qui veulent me voir partir. Pour tasser quelqu’un, il faut des faux pas ou des fautes graves. On a trouvé une autre stratégie. C’est un prétexte» - Alex Veilleux

Le directeur technique est resté surpris de voir le conseil d’administration prendre cette décision. «Ils ont franchi une loi non écrite. On ne m’a même pas consulté sur cette décision», s’est-il offusqué.

Il se questionne aussi sur le nombre de gens du conseil d’administration qui a pu voter. «On m’a dit que ce fut unanimement, mais je sais que ce ne le fut pas», a-t-il mentionné.

Alex Veilleux réclame de réintégrer ses fonctions. «Je veux aussi que la Fédération de soccer du Québec fasse la lumière sur la gouvernance au sein de Soccer Abitibi-Témiscamingue en les plaçant sous tutelle le temps de faire le ménage.»

Des exigences minimums

Pour lui, conserver Laurence Labonté dans le staff s’explique par une raison très simple. «Pour entraîner durant les Jeux du Québec, un entraîneur doit posséder un diplôme d’entraîneur provincial (DEP) et il le possède. Avec Morgane Higelin, qui fut présente à toutes les pratiques et travaille actuellement à obtenir toutes les qualifications pour obtenir un DEP, je trouvais que Laurence aurait pu être un très bon mentor pour elle.»

Laurence Labonté voulait surtout aider le soccer régional. «Plutôt qu’aller chercher un prête-nom d’une autre région, ça me faisait plaisir d’embarquer même si ça allait être difficile pour moi d’assister aux séances d’entraînement. On se serait tout de même présenté en ayant fait nos devoirs. C’est une immense surprise et une déception sur le plan humain, surtout pour Alex. Ce n’est pas ma bataille, mais c’est une personne engagée et un bon leader pour le soccer régional. C’est un plaisir de partager mes connaissances avec lui. Il m’en apprend et je lui en apprends.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média