Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

03 Août 2018

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Le Refuge pour animaux du Témiscamingue progresse à petits pas

Toujours besoin de bénévoles et de fonds

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les petits pensionnaires n’ont certainement pas l’air de s’ennuyer ici.

Des cases cochées dans le calendrier de garde des bénévoles, une vente de garage qui se poursuit: les filles, fondatrices du Refuge, s’activent, trouvent des solutions, répondent aux urgences.

«Actuellement, nous avons ici cinq chatons et deux matous d’environ un an et demi, a indiqué Dominique Dubois, présidente de l’organisme qui a inauguré son bâtiment en mars à Laverlochère. Nous ne pouvons pas encore accueillir de chiens, car il faudrait un employé à temps plein compte tenu des soins dont un chien a besoin. En répondant aux appels d’urgence, nous les hébergeons encore dans des foyers temporaires comme nous le faisions avant l’inauguration.»

«Aujourd’hui, on n’a plus besoin d’une corde pour nous aider à escalader la falaise, nous faisons un pas à la fois, dans une petite côte pas du tout à pic.» - Francine Beaudoin

Vente de garage

Le Refuge a fait une vente de garage à la mi-juillet, pour recueillir des fonds. Plusieurs visiteurs ont eu un pincement au cœur en voyant des accessoires et des draperies pendues aux clôtures des enclos pour chiens. «C’est sûr que ça fait drôle, tout le monde aimerait que ça aille plus vite, a admis Mme Dubois. Mais pour nous, Francine Beaudoin et moi, c’est pratiquement un deuxième emploi à temps plein. Nous avançons à petits pas, mais nous avançons.» «Aujourd’hui, on n’a plus besoin d’une corde pour nous aider à escalader la falaise, nous faisons un pas à la fois, dans une petite côte pas du tout à pic», a renchérit Mme Beaudoin, vice-présidente.

Bénévoles vs employé à temps plein

Pour que tout fonctionne à 100 %, il faudrait un employé à temps plein, selon Dominique Dubois. Nous évaluons présentement quel type d’employé nous pourrions embaucher car nous ne pouvons lui offrir un salaire faramineux, avec les simples moyens dont nous disposons. En attendant, nous fonctionnons avec une banque d’une douzaine de bénévoles qui se relaient pour accomplir les différentes tâches. Quand nous aurons un employé à temps plein, nous pourrons accueillir tant les chiens que les chats.»

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

L’implication deDominique Dubois au Refuge équivaut pratiquement à un deuxième emploi à temps plein.

Le Refuge a choisi de poursuivre sa vente de garage chaque fin de semaine du mois d’août. Ceci, permet d’une part de recueillir des fonds, mais permet aussi à la population de se familiariser avec l’organisme, et même dans plusieurs cas, de recruter des bénévoles.

Guylaine Julien est bénévole au Refuge depuis sa création il y a quatre ans. Elle participe aux différentes activités de financement. Maintenant que l’organisme a un toit, elle s’y implique également, à différents niveaux. Lorsque nous l’avons rencontrée, elle nettoyait le local de quarantaine pour les chats. «J’aime les animaux, je fais ma part, pour compenser pour ceux qui les traitent comme des objets. Ça me brise le cœur quand je vois des gens mal agir envers les animaux. Ici, au moins, ils sont en sécurité.»

Pour en savoir plus sur les horaires d’ouverture, pour la vente de garage, consultez la page Facebook Refuge-SPCA-pour-Animaux-du-Témiscamingue.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par