Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

06 Août 2018

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Les affiches anti-CAQ et anti-PLQ arrivent en ville

©La Frontière/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Les syndicats passent à l’offensive en vue des prochaines élections.

Des affiches de la coalition syndicale ont été installées à Rouyn-Noranda après avoir attiré l’attention ailleurs au Québec. 

Les affichent, qui font un rapprochement entre la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec (PLQ), sont apparues le 6 août.  

«C’est pour rappeler à nos membres, que ce soit libéral ou caquiste, c’est du pareil au même. Ce sont des partis qui ne sont pas du tout syndicalistes, on a vu ce qu’ils ont fait en santé», a expliqué Stéphane Hébert, président Syndicat canadien de la Fonction publique, SCFP 348.  

Il a aussi reproché au PLQ d’avoir fait adopter la loi 110, avec l’appui de la CAQ, lors des négociations syndicales dans la fonction publique. La loi visait à limiter les négociations à 120 jours avant l’imposition d’un médiateur, donc de limiter le droit à la négociation. Cinq autres syndicats sont membres de la coalition à l’origine de la campagne: le Syndicat des métallos, le Syndicat canadien des employées et employés professionnel et de bureau (SEPB), l’Association Internationale des Machinistes et des Travailleurs de l'Aérospatiale (AIMTA), l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) et le Syndicat québécois des employées et employés de services (SQEES). Il s’agit de syndicats affiliés à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).  

Réactions 

Gilles Chapadeau conseiller syndical régional à la FTQ et candidat pour le Parti québécois (PQ) dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue est à l’aise avec la campagne. «C’est une initiative qui appartient aux syndicats concernés. Je n’ai pas pris part à la décision, mais je comprends fort bien que la ressemblance entre ces partis et leurs propositions est telle que c’est de leur devoir d’en informer leurs membres», a-t-il dit. 

De son côté, Jeremy Bélanger, candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), estime que le candidat du PQ devrait faire preuve de réserve étant donné ses liens avec la FTQ. «Les leaders syndicaux devraient être prudents avec les cotisations des pères et des mères de famille du Québec. Pour l’Abitibi-Témiscamingue, le choix de la CAQ, c’est le choix de l’intégrité et de la prospérité pour la région, ça nous différencie totalement du Parti libéral», a dit le M. Bélanger. 

Luc Blanchette, député sortant et candidat libéral a préféré ne pas émettre de commentaire. 

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par