Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

12 Septembre 2018

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Les candidats discutent agriculture, santé et immigration

©Photo La Frontière/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Les brassage d’idées se poursuit à Rouyn-Noranda.

Jeremy Bélanger, candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue (RNT) a annoncé que son parti injecterait 50 M$ par année en subvention pour les agriculteurs, le 11 septembre, à Rouyn-Noranda.

Chaque agriculteur serait éligible à une subvention allant jusqu’à 100 00 $ par année. « Ce sont des subventions dans un contexte de projet, comme pour un agrandissement, l’acquisition de nouveaux équipements ou de nouvelles infrastructures », a expliqué le candidat. Le gouvernement de la CAQ financerait 50 % du projet. « C’est pour stimuler les investissements des agriculteurs ou aider la relève à se lancer en affaires. En région, on veut s’assurer que les Témiscamiens cultivent les terres du Témiscamingue», a-t-il dit en réponse à l’enjeu de la spéculation sur les terres agricoles.

Chapadeau mise sur la décentralisation en santé

Gilles Chapadeau, candidat péquiste dans RNT souhaite que les décisions relative au réseau de la santé soient prises en région. « Le Parti québécois s’engage à mettre un terme à la centralisation abusive des décisions et des services publics. Il importe que chaque région et chaque territoire aient les outils nécessaires afin qu’ils puissent décider et réaliser ce qui est le mieux pour leur population. Nous voulons que le président et vice-président du Centre intégré de santé et de services sociaux soient élus par les membres du conseil d’administration et non choisi par le ministre lui-même », a-t-il déclaré.

Luc Blanchette critique la CAQ

Luc Blanchette, député sortant et candidat libéral dans RNT, a décoché quelques flèches à l’endroit de François Legault et de la CAQ au sujet de la suggestion d’abaisser le nombre d’immigrants à 40 000 par année. « De toute évidence, ce dernier ne comprend ni les attentes des syndicats ni celles des entreprises; ceux-ci affirment en effet que le Québec a besoin de plus d’immigrants pour combler une partie du manque de main-d’œuvre, et la majorité des Québécoises et Québécois sont aussi persuadés qu’il nous faut accueillir plus d’immigrants pour répondre à cette pénurie. Selon un récent sondage, la plupart des Québécois estiment qu’il n’y a pas trop d’immigrants au Québec », a-t-il soutenu.

Émilise Lessard-Therrien a pris part à la marche pour la protection des caribous le 8 septembre à Rouyn-Noranda.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par