Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

19 Septembre 2018

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Nouveau calcul de la cote R: le Cégep désavantagé?

Nouveau calcul de la cote R: le Cégep désavantagé?

©Gracieuseté/Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

Le directeur des études du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, Éric Aubin, compte vérifier, dès que les données seront disponibles, autour du mois de novembre, si le calcul de la cote R désavantage bel et bien les étudiants de la région.

Un message sur les réseaux sociaux d’un ancien étudiant du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a fait réagir, alors qu’il y soutient que le nouveau calcul de la cote R favoriserait des cégeps montréalais au détriment de ceux des régions. Le directeur des études de l’établissement régional, Éric Aubin, affirme que le Cégep suit le dossier.

Cependant, à l’heure actuelle, il est beaucoup trop tôt pour poser un jugement. «On doit attendre d’avoir les données des dernières admissions universitaires avant de tirer des conclusions et, s’il y a lieu, prendre position. On va faire les vérifications adéquates pour s’assurer que nos étudiants soient traités de la même manière que tous les autres étudiants ailleurs au Québec», a-t-il soutenu.

Rappelons que la cote R sert à départager les étudiants collégiaux qui appliquent dans des programmes universitaires contingentés.

Éric Aubin a vérifié avec d’autres cégeps en région si leurs étudiants avaient pu vivre une situation semblable.

«Ils m’ont répondu que non, mais on va quand même vérifier les choses dès que les données seront disponibles. Ça attire notre attention et c’est important de faire cela» - Éric Aubin

Un nouveau calcul

Le calcul de la cote R a été changé à l’automne 2017. «On nous a expliqué que ce changement servait à corriger certaines injustices qui étaient perçues dans l’ancien calcul et qui défavorisaient des étudiants de cégeps en région, a expliqué Éric Aubin. L’ancien calcul faisait en sorte que la cote R était plus volatile pour de petits groupes que de grands groupes.»

Avant l’entrée en vigueur de ce calcul, le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue a fait ses propres vérifications. «Un de nos professeurs spécialisés dans ce domaine a calculé l’effet qu’il aurait sur nos étudiants. On a pris des dossiers d’étudiants actuels et d’anciens étudiants pour faire les calculs. La conclusion était qu’on arrivait, en général, avec un résultat semblable», a signalé Éric Aubin.

Pour le moment, il soutient que le cas de l'étudiant en question est un cas isolé. «Avec le nouveau calcul, certains vont voir leur cote R monter, d'autres la voir descendre et d'autres vont garder la même. On doit attendre d'avoir toutes les données pour faire les vérifications appropriées.»

Difficile à calculer pour les étudiants

Le directeur des études du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue convient qu’un des problèmes vient du fait que les étudiants ne sont pas en mesure de calculer eux-mêmes la cote R. «C’est très difficile de le faire individuellement parce qu’elle prend en compte non seulement les notes du groupe, mais aussi celles du secondaire», a-t-il mentionné.

Il convient qu’il peut être difficile pour les étudiants d’essuyer un refus dans un programme contingenté universitaire. «Pour quelqu’un qui rêve d’entrer en médecine, voir un simple chiffre faire la différence, c’est crève-cœur. Les universités ont mis en place cet outil pour trancher. C’est un outil compliqué, mais rigoureux», a-t-il fait valoir.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média