Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

24 septembre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Les réserves d’Authier Lithium revues à la hausse

Sayona Québec publie l’étude de faisabilité de son projet de La Motte

Sayona Projet Authier Localisation

©gracieuseté - Sayona Québec - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Cette carte illustre l’emplacement projeté de la mine Authier Lithium, à La Motte.

MINES. Sayona Mining a dévoilé le 24 septembre les grandes lignes de l’étude de faisabilité du projet Authier Lithium à La Motte. Celle-ci confirme notamment une plus grande réserve de minerai.

Selon un communiqué émis par l’entreprise, l’étude de faisabilité vient confirmer la viabilité technique et financière du projet Authier Lithium sous sa forme actuelle.

«La révolution de l’énergie propre stimule la demande pour des projets de mines de lithium comme Authier, ce qui nous permet d’envisager l’avenir avec positivisme», soutient le directeur Dan O’Neill.

Plus de minerai

Plusieurs éléments du projet sont revus à la hausse dans l’étude de faisabilité. D’abord, les réserves prouvées et probables s’élèvent maintenant à 12,1 millions de tonnes de minerai brut, contre 10,2 dans l’étude de préfaisabilité de 2016 et 11,6 lors des consultations publiques de juin.

Elle prévoit traiter annuellement 675 500 tonnes de minerai brut, dont elle retirera 87 400 tonnes de concentré de spodumène. Celui-ci pourra être acheminé vers des usines en Chine, au Québec ou encore être transformé en carbonate de lithium par Sayona.

Pour exploiter le gisement, la minière prévoit toujours opérer une fosse d’une longueur de 1000 mètres (est-ouest), d’une largeur de 600 mètres et d’une profondeur de 200 mètres.

Durée de vie, emplois et investissements

La durée de vie du projet a aussi été revue à la hausse, passant de 13 à 18 ans (17 ans lors des consultations publiques), ainsi que le nombre d’employés, qui passe de 130 à 160. Pour la construction de la mine, qui débuterait à la mi-2019, l’entreprise prévoit faire travailler 150 personnes. La mine entrerait en production vers la mi-2020.

L’investissement en capital pour le démarrage du projet a aussi été majoré dans l’étude de probabilité. Si l’on parlait encore récemment de 65 M $, il s’établit maintenant à 89,9 millions $. La valeur nette avant taxe de la mine est établie à 184,8 M $ et l’entreprise prévoit un retour sur son investissement en 2,6 ans.

Sayona anticipe des revenus de près de 1,4 milliard $ sur la durée de vie de la mine, avec des coûts d’opération se situant entre 657 M $ (à la sortie de la mine) et 760,6 M $ (au port de Montréal) en plus d’autres dépenses. Elle prévoit aussi réinvestir 83,6 M $ en capital sur la durée de vie de la mine.

Évaluation environnementale

La minière reconnaît dans son étude de faisabilité que son projet rencontre des embûches au niveau de l’acceptabilité sociale, en raison de la proximité de l’esker Saint-Mathieu-Berry. Elle réaffirme toutefois que ses études démontrent que le projet n’aura aucun impact sur la qualité de l’eau de l’esker et que les autres impacts seront compensés par des mesures d’atténuation.

Sayona précise de plus qu’elle poursuit son processus d’évaluation environnementale en vertu de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’environnement, bien que la ministre de l’Environnement lui ait fortement suggéré de soumettre plutôt son projet au BAPE.

Si toutefois elle devait s’y conformer, elle reconnaît qu’il lui faudra plus de temps pour obtenir les permis nécessaires, mais qu’elle pourrait en contrepartie revoir son projet et réviser à la hausse la capacité de production de la mine.

Le Comité citoyen de protection de l’esker accentue la pression

(M. Guindon) - Quelques heures avant que Sayona Mining ne dévoile son étude de faisabilité, le Comité citoyen de protection de l’esker a ajouté de la pression sur l’entreprise afin qu’elle soumette au BAPE son projet Authier Lithium et qu’elle rende disponible le compte-rendu de ses consultations publiques.

Dans un communiqué, le Comité insiste sur le fait que 14 candidats de 6 formations politiques dans les 3 circonscriptions électorales de la région ont pris position en faveur d’audiences publiques du BAPE. Un quinzième candidat, le libéral Martin Veilleux (Abitibi-Ouest), s’est quant à lui opposé fermement au projet.

Le Comité citoyen affirme aussi que Sayona Mining aurait failli à son engagement de diffuser le compte-rendu intégral de ses relations avec la population, le 19 septembre. «En date du 23 septembre, les sites internet de Sayona Mining et de sa filiale Sayona Québec n’offraient toujours pas de lien vers le rapport. La compagnie n’a pas donné suite à nos multiples demandes expresses de nous le faire parvenir», précise-t-il dans son communiqué.

Le Comité dénonce de plus le fait que Sayona tenterait d’obtenir à huis clos l’appui de personnalités ou d’organisations influentes dans le milieu. «Plusieurs personnes rencontrées par la minière dans ce cadre nous ont par la suite contactés pour nous faire part de leur grand malaise devant la dernière stratégie désespérée de Sayona Mining qui entend manifestement poursuivre la suite de son projet indésirable de manière indigne», affirme-t-il.

D’ici le 2 octobre

Sayona Québec a confirmé lundi qu’elle allait rendre public le compte-rendu de ses consultations d’ici le 2 octobre, soit dans les 15 jours suivant son dépôt aux deux ministères concernés, comme le prévoit la réglementation.

L’entreprise entend aussi respecter son engagement de tenir une activité de rétroaction. Elle évalue toutefois ses options sur la façon dont elle compte s’y prendre. Elle souhaite informer la population des modifications qui ont été apportées au projet en fonction des commentaires reçus durant les consultations publiques.

Nomination d'un VP aux affaires corporatives

(M. Guindon) - Dans la foulée du dépôt de son étude de faisabilité, Sayona Mining a annoncé la nomination d'un vice-président aux affaires corporatives pour sa filiale Sayona Québec, en la personne d'Alexis Segal. 

M. Segal a déjà occupé des hautes fonctions au sein de Rio Tinto (14 ans), Alcan, la Corporation du Port de Québec et la Ville de Québec. Qualifié par l'entreprise d'expert en communications stratégiques, engagement des parties prenantes et relations avec le gouvernement, il serait le candidat idéal pour cette fonction, selon Dan O'Neill, directeur de Sayona Mining. Il aura notamment pour tâche de représenter l'entreprise auprès de la communauté, du gouvernement, des Premières Nations, des médias et des autres parties prenantes.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média