Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

25 Septembre 2018

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Un huitième débat… sur la santé celui-là

Un huitième débat… sur la santé celui-là

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Les candidats dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue ont débattu sur les enjeux du système de santé et de services sociaux.

Les candidats dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue ont participé à un huitième débat à l’invitation de la Coalition équité, santé et services sociaux d’Abitibi-Témiscamingue, le 24 septembre à Rouyn-Noranda. Le débat a duré trois heures.

Les candidats ont mis de l’avant la plateforme de leur parti la plupart du temps étant donné que l’a santé n’est pas un enjeu strictement régional. Dans l’ensemble ils se sont dits en faveur des soins à domicile.  

Impacts de la réforme Barrette 

À propos de la façon de réduire la charge de travail, Jeremy Bélanger, candidat de la Coalition avenir Québec, a blâmé la réforme Barrette et le député sortant Luc Blanchette, du Parti libéral. « La réforme a eu des effets drastiques sur les travailleurs du système de santé. Ce qu’il faut faire c’est avoir une approche humaine envers les travailleurs de la santé. Il n’y aura plus de temps supplémentaire obligatoire pour nos infirmières. On va renégocier avec les médecins, il y a eu des augmentations qui ne sont pas justes et équitables », a-t-il dit.  

Gilles Chapadeau du Parti québécois a renchéri. « Il faut commencer à nommer les choses, mettre fin à l’omerta. Pendant longtemps, ceux qui n’étaient pas contents de la réforme n’avaient pas droit de parole et n’ont surtout pas été consultés », a-t-il déclaré.  

Luc Blanchette a reconnu la surcharge de travail des travailleurs de la santé. « Vous savez, il y a une pénurie de main-d’œuvre, il faut régler ça. Ce n’est pas une question si simple. Il faudra faire plus d’embauches, faire la promotion et la valorisation des professions en santé », a-t-il soutenu en ajoutant que son parti prévoyait augmenter le financement des organismes communautaires. Ces derniers réclament un meilleur financement depuis plusieurs années. M. Blanchette a affirmé que 21 000 personnes de plus avaient accès à un médecin de famille en région. Il a fait remarquer que l’entente avec les médecins spécialistes ne pouvait être renégociée. 

« Je trouve toujours décevant de constater que le Parti libéral se gargarise avec ses chiffres sur les médecins de famille, mais qu’il ne semble pas réaliser à quel point la réforme a eu un impact sur les employés et aussi sur la relève. Quand j’entends des étudiants en soins infirmiers qui disent on entre à 70 dans la cohorte et il n’y en même pas 30 qui graduent, je trouve ça inquiétant», dit Émilise Lessard-Therrien de Québec solidaire, en ajoutant que la hausse du salaire minimum pourrait aider à trouver du personnel de soutien.  

Compassion 

M. Chapadeau a été virulent envers le PLQ. « La priorité devraient être les personnes. Ce que j’entends du Parti libéral ce sont des statistiques et il y a comme un déficit de compassion. » M. Blanchette n’a pas apprécié la remarque. « Qu’on m’attaque, qu’on dise que je n’ai pas de compassion, la radiothérapie ce n’est pas une opération du Saint-Esprit, on s’est battu pour aller chercher ça [comme pour l’agrandissement de l’hôpital de Ville-Marie] », a-til soutenu.  

Fernand St-George de Citoyens au pouvoir a plaidé pour redonner le pouvoir de décision aux citoyens à travers la démocratie directe sans expliquer la façon concrète de le faire.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média