Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

26 Septembre 2018

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

«On s’engage à rétablir la sécurité sur la route 117

«On s’engage à rétablir la sécurité sur la route 117

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

De passage en région, les 25 et 26 septembre, pour le sprint final avant les élections, où son candidat Gilles Chapadeau est au coude à coude Émilie Lessard-Therrien de Québec solidaire, Jean-François Lisée, chef du Parti québécois (PQ), s’est engagé à rendre la route 117 plus sécuritaire. 

Quelques jours auparavant, c’était le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui promettait d’ajouter des voies de dépassement entre Rouyn-Noranda et Val-d’Or. Trop de gens trouvent la mort chaque année sur cet axe routier. En début de campagne, Gilles Chapadeau a déclaré vouloir consulter des experts pour trouver les meilleures solutions pour améliorer la sécurité sur le 117. « Quand il est question de sécurité, il n’y a pas de débat, il faut rendre nos routes sécuritaires », a déclaré M. Lisée en suggérant des pistes de solutions comme l’ajout de voies de dépassement, rectification de courbe ou l’augmentation à trois ou quatre voies sur certains tronçons. 

M. Lisée a rappelé que le PQ prévoyait injecter 8 M$ pour améliorer la desserte de transport collectif interurbain.  

Main d’œuvre et immigration 

À propos des besoins en main-d’œuvre et la nécessité de favoriser l’immigration en région, il a rappelé la position de son parti de demander aux immigrants d’apprendre le français avant d’arriver, mais il a blâmé la position de la CAQ à propos de son test des valeurs « C’est inacceptable pour un employeur de faire venir un soudeur chilien qui pourrait ne pas passer le test dans trois ans, pourquoi il investirait dans sa formation? » 

Les réfugiés seraient toutefois bienvenus. « On fait notre part d’humanitaire et pas question de réduire de 20 % ou 25 % notre élan du cœur », a dit M. Lisée, qui s’assurerait ensuite qu’ils apprennent le français avec l’aide financière de l’État. Il a fait une annonce pour contrer l’exode des jeunes. « Un territoire est vivant lorsque des jeunes familles y habitent. Or, actuellement, les bilans migratoires des régions ne sont pas réjouissants; les jeunes sont plutôt enclins à privilégier les centres urbains. Pour aider à renverser cette tendance, nous bonifierons le crédit d’impôt non remboursable accordé aux jeunes diplômés qui entreprennent leur carrière dans une région ressource éloignée; le maximum remboursable passera de 10 000 $ à 15 000 $. Et nous leur permettrons d’en profiter pendant cinq ans au lieu de trois, pour qu’ils aient le temps de bien s’implanter dans leur communauté », a-t-il déclaré. 

« C’est fou raide! » 

Concerant la nouvelle réglementation sur la protection des milieux humides, le chef du PQ a cité François Gendron : « C’est fou raide! », en ajoutant que personne ne remettait en cause l’importance de protéger les milieux humides, «Mais le règlement et l’application c’est fou raide. Quand on dit qu’un agriculteur qui a creusé lui-même son fossé, qui est devenu un milieu humide à protéger, c’est fou raide! » M. Lisée s’est prononcé en faveur d’un BAPE pour la mine Sayona à La Motte.  

Jean-François Lisée a affirmé qu’il serait en faveur de la construction d’un complexe multisport à Rouyn-Noranda. « J’ai livré l’aréna de Cloutier en milieu rural. On a un manque flagrant d’équipement sportif. Quand on veut une population en forme, il faut de sonner les équipements nécessaires », a ajouté M. Chapadeau. M. Lisée s’est montré favorable a un changement de la réglementation sur les camps de chasse pour permettre qu’ils soient plus adaptés aux besoins des familles. « Pourvu que ça ne devient pas des chalets quatre saisons. »

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média