Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

18 janvier 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Le Retour continue d’innover afin de motiver ses élèves

Centre de formation générale le retour La Sarre

©Photo L'Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Le Centre de formation générale Le Retour de La Sarre innove toujours dans son approche didactique.

Depuis des années, le Centre de formation générale Le Retour de La Sarre tente d’innover afin de motiver les jeunes à terminer leurs études. Cette année encore, la direction a mis plusieurs initiatives en place en ce sens.

À l’hiver 2018, le Centre inaugurait sa nouvelle patinoire. Cette année, les patineurs ont désormais accès à un abri. Ce dernier a été fabriqué par les étudiants du Centre de formation professionnelle Lac-Abitibi. 

«En plus, on va bientôt avoir de l’éclairage qui va permettre aux gens de patiner le soir en toute sécurité», a expliqué la directrice du Centre, Sylvie Lapierre. 

Projet 16-24 

Publicité

Défiler pour continuer

La clientèle du Centre Le Retour est assez variée. Bien que ce soit un centre de formation pour les adultes, Le Retour accueille bon nombre d’élèves qui n’arrivent pas à réussir dans le contexte traditionnel de l’école secondaire. «Souvent, ces jeunes-là arrivent un peu éteints et ça prend un peu de temps avant de les motiver, a expliqué Mme Lapierre. On a donc mis en place un projet 16-24 pour les mettre en action un peu plus rapidement.» 

Lors de la première année de ce projet, le Centre mettait surtout l’accent sur la motivation et l’aide à la réussite. «Cette année, on voit qu’il y a beaucoup d’élèves en difficultés, alors on a changé notre approche», a-t-elle souligné. 

Le matin, les jeunes participent à une période de mise en train. «On discute de leurs motivations; ils jasent et certains jouent de la musique, a raconté la directrice. Dans l’après-midi, c’est de l’aide à la réussite. On les place dans des petits groupes d’élèves et ils travaillent ensemble pour trouver des solutions aux problèmes académiques qui les retiennent.» 

Ils ont également organisé des activités ludiques comme une visite au Refuge Pageau. «On voulait faire ça comme dans le temps, a lancé Sylvie Lapierre. Quand on était jeune, on partait avec nos parents qui nous avaient préparé des sandwichs. Les gars sont allés à l’épicerie magasiner les ingrédients de leurs sandwichs et les ont faits eux-mêmes.» 

Tout ça dans le but de susciter un sentiment d’appartenance auprès de cette clientèle vulnérable. 

Rehaussement de la littéracie 

Une autre des missions du Centre consiste à rehausser la littéracie auprès des adultes. «On remarque que les enfants dont les parents ont de la difficulté à lire présentent plus souvent des problèmes de langage, a expliqué la directrice. C’est normal que, si le parent a de la difficulté à lire, il ne fasse pas la lecture de chevet aux enfants avant le dodo.» 

En septembre dernier, Le Centre a donc mis en place un programme qui comptait 16 parents et leurs enfants. Un deuxième groupe s’est joint peu de temps après pour arriver à un total de 32 parents et 32 enfants. Le projet permet d’initier les jeunes à la lecture tout en aidant les parents à rehausser leur propre niveau à cet égard. 

Ateliers graffitis 

Le ministère de l’Éducation offre une enveloppe budgétaire pour la réalisation de projets culturels. Le Centre Le Retour a donc mis en place deux initiatives culturelles pour ses étudiants. «On a trouvé un électro-pirate au Lac-Saint-Jean, qui réussit à faire parler des électroménagers avec un logiciel, a indiqué Sylvie Lapierre. Ça rentre dans la définition d’un projet culturel et ça s’intègre bien avec notre projet de retour d’ordinateurs.» 

Le deuxième projet de culture vise directement la clientèle principale du Centre, soit les jeunes garçons. «On va avoir un atelier de graffitis avec une experte en la matière, a souligné Mme Lapierre. Vers la fin avril, début mai, elle va venir ici animer un atelier de décoration de vieux réfrigérateurs.» Les appareils seront par la suite offerts dans les villages d’Abitibi-Ouest afin d’en faire des croques-livres. 

Francisation 

L’arrivée de travailleurs migrants en région nécessite des infrastructures d’intégration. Le Retour offre à ces nouveaux arrivants un programme de francisation. L’arrivée imminente de travailleurs philippins chez Métal Marquis et les travailleurs arabes qui sont déjà chez Aciers JP démontrent bien le besoin de programmes de francisation.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média