Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

22 janvier 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Les Gaillards écrasés par les Dynamiques

Gaillards Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Les Gaillards ont été rossés 10 à 1 par les Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy.

Les Gaillards du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue n’avaient qu’un seul match au programme, mais la commande était lourde, alors qu’ils affrontaient les Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy, une des meilleures formations du circuit collégial. Les Témiscabitibiens n’ont tout simplement pas fait le poids, s’inclinant 10 à 1.

Pourtant, rien ne semblait présager un score aussi haut. Après la première période, la formation témiscabitibienne tirait de l’arrière par la marque de 2 à 1. Charles Désilets (6e) avait inscrit le seul but des siens.

«En première période, on jouait comme on se doit de jouer. On jouait nord-sud. Les gars étaient en mouvement et on travaillait», a soutenu l’entraîneur des Gaillards, Richard Schoeneich.

Effrondrement

Les choses se sont cependant corsées par la suite, alors que les Gaillards ont accordé trois buts en deuxième période et cinq en troisième.

«Les joueurs se sont éloignés du plan de match et ils ont commencé à jouer à leur façon. On n’a pas les habiletés pour jouer une game est-ouest. On doit jouer de façon simple. On doit être en mouvement. C’est comme ça qu’on a connu du succès et c’est comme ça qu’on va en avoir. Leur façon, ça ne marche pas», a lancé sans équivoque le pilote des Gaillards.

«Les gars devraient prendre exemple sur les gardiens. Ils se battent chaque fois qu’ils sont sur la glace» - Richard Schoeneich

En fait, les joueurs de la formation collégiale ont baissé les bras après le troisième but des Dynamiques. «On a une équipe avec la confiance fragile. Notre leadership est encore en train de se construire. Aussitôt qu’on traverse une épreuve, on semble s’effondrer», a confié Richard Schoeneich.

Des gardiens bagarreurs

Dans les filets, William Lagrange a tant bien que mal tenté de réparer les pots cassés. «Après la deuxième période, je lui ai demandé s’il préférait que je le retire et il a dit non. Il est allé se battre. Nos gardiens sont comme ça. Les gars devraient prendre exemple sur eux. Ils se battent chaque fois qu’ils sont sur la glace», a lancé l’entraîneur.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média