Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

29 janvier 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

En prison trois mois pour une violente bagarre en 2015

Justice

©Photo - Archives

Un peu plus de trois ans après les faits, une affaire de violente altercation au centre-ville de Malartic – qui avait défrayé les manchettes à l’époque – a récemment connu son dénouement au palais de justice de Val-d’Or.

Donald junior Poucachiche-Kudjick, 25 ans, a écopé de trois mois de prison après avoir plaidé coupable à des accusations de voies de fait armées et de voies de fait causant des lésions. Cette sentence est assortie de 12 mois de probation, d’une interdiction de posséder toute arme pendant 10 ans et de fournir un échantillon d’ADN.

Si le dossier s’est étiré sur une aussi longue période, c’est que l’accusé a été arrêté par la police le 30 août dernier seulement, après avoir fait l’objet de deux mandats d’arrestation successifs qui ont abouti au bout de 22 mois.

«Monsieur n’avait pas d’antécédents judiciaires et il a respecté toutes ses conditions entre la date de son arrestation (le 30 août 2018) et la date de sa condamnation (le 24 janvier 2019)», a indiqué le procureur de la Couronne, Me Jonathan Tondreau.

Publicité

Défiler pour continuer

L’antagoniste de Poucachiche-Kudjick dans la bagarre, Jonathan Genest-Ferron, 22 ans, a pour sa part écopé, en septembre 2017, d’une sentence suspendue avec une probation surveillée de 24 mois comprenant entre autres 240 heures de travaux communautaires, une interdiction de posséder toute arme pendant 10 ans, l’obligation de fournir un échantillon d’ADN et le versement d’un don de 2500 $ à un organisme sans but lucratif (la Maison des jeunes de Malartic).

Genest-Ferron avait aussi réglé son dossier en plaidant coupable à des accusations de voies de fait causant des lésions et de voies de fait armées.

Couteau et barre de fer

Selon le récit des faits rapportés au tribunal par Me Tondreau, la bagarre a éclaté entre les deux jeunes hommes le soir du 11 décembre 2015, sur la rue Royale à Malartic, alors que Jonathan Genest-Ferron cognait sur son propre véhicule à coups de pied pour se défouler, à la suite d’une frustration amoureuse.

Passant près de là, Donald junior Poucachiche-Kudjick, qui n’avait rien à voir avec cette histoire, a fait un commentaire à Genest-Ferron. Celui-ci a répliqué par une remarque raciale et les deux individus ont alors commencé à se battre avant de lâcher prise et quitter chacun de leur côté au bout d’une minute ou deux, pour ensuite revenir sur les lieux et reprendre les hostilités, Poucachiche-Kudjick armé d’une barre de fer, Genest-Ferron armé d’un couteau.

Résultat : ils ont tous deux subi des blessures sérieuses au point de s’effondrer au sol, d’être conduits à l’hôpital et de faire face à la justice. Le premier avait notamment dû être soigné pour un poumon perforé, le second pour des lacérations à la tête.

On se rappelle encore du commentaire du procureur de la Couronne affecté au dossier à l’époque, Me François Parent. «Pas fort…», avait-il lâché devant les journalistes, après avoir pris connaissance des faits.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média