Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

31 janvier 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

L’École des Kekeko voit grand pour son projet de compost

AB-Kekeko_compost

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

L’école des Kekeko a reçu un don de 3000 $ de la part de la Fondation Desjardins afin de poursuivre le développement de son projet de compostage et l’implantation de jardins communautaires dans le quartier.

Les classes de 3e et 6e année de l’école des Kekeko à Beaudry voulaient faire une action concrète pour diminuer la pollution dans leur établissement. Composter les matières organiques est ainsi devenu le projet de toute l’école. Il mènera les jeunes à installer un jardin communautaire et il est même projeté d’installer une serre.

La santé et l’environnement sont deux sujets auxquels tiennent à cœur élèves et enseignants de l’école des Kekeko. Afin de conscientiser ses élèves aux changements climatiques, l’enseignante Mélissa Bolduc a fait visionner, en début d’année scolaire, le documentaire Le 7e continent, qui expose le problème relié à cette immense masse de déchets de plastique qui s’étendu sur l’océan Pacifique. L’impact a été immédiat. 

«J’ai demandé à mes élèves quelles actions pourrions-nous prendre pour aider notre planète, a-t-elle expliqué. Ils ont eu l’idée de regarder le contenu de nos poubelles: on y trouvait des choses que l’on pouvait recycler et beaucoup de choses que l’on pouvait composter.» 

«Chez moi, on fait déjà du compost, a signalé Malie Aubin-Juteau, élève de 6e année. C’est un peu plus difficile d’en faire à l’école qu’à la maison parce qu’on a beaucoup de classes. Ça prend plus de temps et d’organisation.» 

Publicité

Défiler pour continuer

Après plusieurs recherches et une rencontre avec un urbaniste de Montréal qui leur a expliqué comment on devait procéder pour faire du compost, les élèves ont conclu qu’il était possible de diminuer de beaucoup les déchets en préconisant cette option. Les classes de 3e et 6e année se sont ainsi unies pour diminuer la quantité de leurs déchets. 

«L’école avait déjà en sa possession un bac de lombricompostage, a indiqué Mme Bolduc. Nous avions commencé le projet avec ce bac et nous en faisions l’entretien tous les jours, mais nous avons eu un problème de mouches à fruits. En cherchant des solutions au problème, nous avons constaté qu’il existait d’autres types de compost.» 

Les élèves ont alors fait des démarches auprès de la Ville de Rouyn-Noranda pour faire l’acquisition de deux bacs à compost extérieurs. 

Projets complémentaires 

L’implantation du compostage à l’école des Kekeko n’est que la première phase d’un projet beaucoup plus grand qui sera bénéfique non seulement pour l’école, mais pour l’ensemble de la population du quartier. La deuxième étape consiste à mettre sur pied un jardin communautaire. 

«Nous avons fait des démarches avec la Maison des aînés, le Club de l’Âge d’Or et la Maison des jeunes et ils vont collaborer avec nous pour la mise sur pied du jardin, a poursuivi Mélissa Bolduc. Il y aura des bacs de jardins dans la cour d’école et un peu partout dans le village. Une troisième phase est même prévue pour l’année prochaine. On veut faire une serre de permaculture.» 

À cet effet, histoire d’initier les élèves des deux classes à la culture des légumes, les 49 élèves ont passé une journée entière au Centre Jardin Lac Pelletier. «On a enlevé les légumes qui restaient parce que l’hiver s’en venait et on a pu éviter une semaine et demie de travail au personnel», a précisé Ilyana Rail, élève de 3e année.

Deux dons de 3000 $ 

Mme Mélissa Bolduc a soumis son projet à la Fondation Desjardins. Parmi la centaine de projets proposés à l’échelle du Québec, celui de l’école des Kekeko et de l’école de Granada ont été retenu. Elles ont chacune obtenu un montant de 3000 $ pour poursuivre leur projet respectif. 

Dans le cas de l’école des Kekeko, l’argent reçu par la Fondation Desjardins servira, entre autres, à acheter un bac de compostage qui sera mis à la disposition de l’ensemble de la population de Beaudry et de bacs plus avancés technologiquement pour l’école. 

La classe de Marie-Pier Côté de l'école de Granada a quant à elle été sélectionnée grâce à son projet La littérature, au cœur des apprentissages. Ce projet vise à donner le goût de la lecture à tous les élèves de l'école. 

La santé et l’environnement sont deux sujets auxquels tiennent à cœur élèves et enseignants de l’école des Kekeko. Afin de conscientiser ses élèves aux changements climatiques, l’enseignante Mélissa Bolduc a fait visionner, en début d’année scolaire, le documentaire <@Ri>Le 7e continent<@$p>, qui expose le problème relié à cette immense masse de déchets de plastique qui s’étendu sur l’océan Pacifique. L’impact a été immédiat. 

«J’ai demandé à mes élèves quelles actions pourrions-nous prendre pour aider notre planète, a-t-elle expliqué. Ils ont eu l’idée de regarder le contenu de nos poubelles: on y trouvait des choses que l’on pouvait recycler et beaucoup de choses que l’on pouvait composter.» 

«Chez moi, on fait déjà du compost, a signalé Malie Aubin-Juteau, élève de 6e année. C’est un peu plus difficile d’en faire à l’école qu’à la maison parce qu’on a beaucoup de classes. Ça prend plus de temps et d’organisation.» 

Après plusieurs recherches et une rencontre avec un urbaniste de Montréal qui leur a expliqué comment on devait procéder pour faire du compost, les élèves ont conclu qu’il était possible de diminuer de beaucoup les déchets en préconisant cette option. Les classes de 3e et 6e année se sont ainsi unies pour diminuer la quantité de leurs déchets. 

«L’école avait déjà en sa possession un bac de lombricompostage, a indiqué Mme Bolduc. Nous avions commencé le projet avec ce bac et nous en faisions l’entretien tous les jours, mais nous avons eu un problème de mouches à fruits. En cherchant des solutions au problème, nous avons constaté qu’il existait d’autres types de compost.» 

Les élèves ont alors fait des démarches auprès de la Ville de Rouyn-Noranda pour faire l’acquisition de deux bacs à compost extérieurs. 

Projets complémentaires 

L’implantation du compostage à l’école des Kekeko n’est que la première phase d’un projet beaucoup plus grand qui sera bénéfique non seulement pour l’école, mais pour l’ensemble de la population du quartier. La deuxième étape consiste à mettre sur pied un jardin communautaire. 

«Nous avons fait des démarches avec la Maison des aînés, le Club de l’Âge d’Or et la Maison des jeunes et ils vont collaborer avec nous pour la mise sur pied du jardin, a poursuivi Mélissa Bolduc. Il y aura des bacs de jardins dans la cour d’école et un peu partout dans le village. Une troisième phase est même prévue pour l’année prochaine. On veut faire une serre de permaculture.» 

Deux dons de 3000 $ 

Mme Mélissa Bolduc a soumis son projet à la Fondation Desjardins. Parmi la centaine de projets proposés à l’échelle du Québec, celui de l’école des Kekeko et de l’école de Granada ont été retenu. Elles ont chacune obtenu un montant de 3000 $ pour poursuivre leur projet respectif. 

Dans le cas de l’école des Kekeko, l’argent reçu par la Fondation Desjardins servira, entre autres, à acheter un bac de compostage qui sera mis à la disposition de l’ensemble de la population de Beaudry et de bacs plus avancés technologiquement pour l’école. 

La classe de Marie-Pier Côté de l'école de Granada a quant à elle été sélectionnée grâce à son projet  La littérature, au cœur des apprentissages. Ce projet vise à donner le goût de la lecture à tous les élèves de l'école.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média