Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

31 janvier 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Martin Ferron se lance avec les conservateurs: «Je serai terrain, opérationnel et près des gens»

Martin Ferron

©Photo L'Éclat/Le Citoyen - Dominic Chamberland

Martin Ferron (à droite) a reçu l'appui de Mario Provencher, candidat dans Abitibi - Témiscamingue, et Alain Rayes, lieutenant du Parti conservateur au Québec.

Martin Ferron tente le grand coup pour faire le saut du municipal au fédéral.

Maire de Malartic depuis 2013, il se lance donc comme candidat du Parti conservateur du Canada dans le comté Abitibi – Baie-James – Nunavik – Eeyou en vue des élections fédérales du 21 octobre prochain.

«Un peu comme au municipal, je veux ramener les choses au plus simple en étant terrain, opérationnel et près des gens, chose qui peut se faire au fédéral, a-t-il mentionné lors de l’annonce confirmant sa candidature. À titre de député, je ne voudrai pas d’une équipe stagnante en mode attente, mais d’une équipe d’action qui va à la rencontre des gens et qui est à leur écoute pour connaître leurs besoins.»

M. Ferron s’est dit attiré par la plateforme des conservateurs en matière d’enjeux régionaux. «Ça m’a interpellé et convaincu de sauter dans le bateau, a-t-il signalé. Nous avons un manque à gagner ici en support fédéral, ça fait des années qu’il ne se passe pas grand-chose à ce niveau. On veut que les organismes communautaires et les municipalités, par exemple, aient un accès plus facile aux programmes fédéraux. La politique est pour moi une passion : c’est gratifiant de servir les gens et de faire une différence dans leur vie», a raconté cet ancien agent de protection de la faune.

Publicité

Défiler pour continuer

«Un candidat de gros calibre»

Venu à Val-d’Or pour présenter sa nouvelle recrue, Alain Rayes, lieutenant du Parti conservateur au Québec, a donné quelques exemples d’enjeux régionaux auxquels sa formation entend se consacrer, dont le caribou forestier, NAV Canada, les Premières Nations, la couverture cellulaire et la taxation pour l’industrie forestière.

«Ce sont des enjeux de votre région dans lesquels le fédéral peut s’impliquer et Martin Ferron, qui connaît bien son milieu, est une nouvelle pierre de la maison que nous sommes en train de construire, a imagé M. Rayes. Comme Mario Provencher (dans le comté Abitibi – Témiscamingue), Martin se veut un candidat de gros calibre, considérant son impressionnant CV. Nous voulons reconquérir la région, et avec eux, les gens d’ici seront très bien représentés à Ottawa», a-t-il soutenu.

Trois engagements

D’ici le déclenchement de la campagne électorale, Martin Ferron pourra continuer à exercer ses fonctions de maire de Malartic, mais une fois la campagne lancée, il devra faire une pause de la mairie.

Le candidat conservateur a d’ailleurs dévoilé trois des engagements qu’il entend prendre : favoriser une alimentation plus abordable et de qualité dans les communautés nordiques, répondre à la pénurie de main-d’œuvre dans la région par l’immigration, et travailler à moderniser la législation pour améliorer la préservation de la faune et des écosystèmes.

«Une pinte de lait à 12 $ dans le Nord, c’est inéquitable, a-t-il déclaré. Des entreprises d’ici sont au ralenti parce qu’il n’y a pas d’immigration pour fournir de main-d’œuvre. Et quand nous serons au pouvoir, le gouvernement va subventionner les municipalités pour préserver la qualité des cours d’eau», a raconté M. Ferron.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média