Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

06 février 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Le Tribunal du travail donne raison aux syndiqués de Desjardins

Ils sont sans contrat de travail depuis plus de 17 mois

AB-Jugement_syndicat_Desjardins

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Archives/Thierry Denoncourt

Le Tribunal administratif du travail a confirmé que la Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda a fait une entrave aux négociations en déposant une offre finale dès le mois de septembre 2018.

Lors d’un jugement rendu le 5 février, la juge Judith Lapointe, du Tribunal administratif du travail, a confirmé que la Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda avait fait de l’ingérence, de l’entrave et de l’intimidation qui a nui aux négociations de bonne foi entre les deux parties. 

En septembre 2018, le Syndicat des travailleurs et travailleuses de la Caisse populaire de Rouyn-Noranda avait fait une sortie publique. Il reprochait l’attitude de fermeture du directeur général, Jean-Claude Loranger, en ce qui avait trait aux négociations de la nouvelle convention collective. Selon le syndicat, la partie patronale avait alors déposé une offre finale, empêchant tout dialogue. 

Dans son jugement, la juge Lapointe a confirmé les prétentions du syndicat concernant les gestes posés par l’employeur en septembre dernier et accueille sa plainte pour ingérence. «La juge Lapointe a confirmé que les gestes de l’employeur représentent de l’ingérence, de l’entrave et de l’intimidation constituant en quelques sortes un défaut de négocier de bonne foi», peut-on lire dans le communiqué émis le 6 février par le syndicat. 

La présidente du syndicat, Isabelle Frelas, s’est dite satisfaite du jugement rendu le 5 février. «Cette décision vient recadrer et confirmer ce que l’on dit depuis fort longtemps. La juge indique clairement que les agissements de l’employeur ont enfreint un des principes fondamentaux en rapport collectif du travail», a-t-elle fait valoir. 

Plusieurs ordonnances 

Le jugement ordonne trois mesures: que la Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda négocie de bonne foi; que la Caisse Desjardins, ses représentants et ses gestionnaires s’abstiennent de s’adresser directement ou indirectement aux salariés syndiqués sur les affaires syndicales; que la Caisse Desjardins, et plus précisément son directeur général, Jean-Claude Loranger, affichent la décision durant 30 jours. 

«Pour nous, l’employeur doit prendre acte de la décision du Tribunal et saisir l’occasion de démontrer réellement sa bonne foi à la reprise des négociations, le 13 février, a ajouté Isabelle Frelas. Le respect et la reconnaissance du travail professionnel, c’est ce que nos membres sont en droit de recevoir.» 

Sans convention depuis 17 mois 

Les employés syndiqués de la Caisse Populaire de Rouyn-Noranda sont sans contrat de travail depuis plus de 17 mois. Une ronde de négociation a eu lieu en septembre 2018, mais sans que cela puisse aboutir à une entente. Les travailleurs s’étaient alors munis d’un mandat de cinq jours de grève qui pourront être pris à n’importe quel moment. Depuis, les travailleurs ont débrayé une journée, soit le 22 novembre.

Desjardins réagit 

C’est par voie de communiqué que la direction de la Caisse de Rouyn-Noranda s’est exprimée le 7 février en fin de journée. Dans le court texte, l’employeur «prend acte de la décision du Tribunal administratif du travail et, conformément à celle-ci, dans l’éventualité où l’employeur devait s’adresser à nouveau aux salariés couverts par l’unité de négociation du syndicat en ce qui concerne les affaires syndicales et les négociations en cours, il s’assurera que ses communications soient factuelles, objectives et sans aucun sous-entendu», peut-on lire. 

«Monsieur Jean-Claude Loranger, le directeur général de la Caisse, rappelle qu’il y a une entente de principe sur le volet normatif et que les négociations se poursuivront en présence du conciliateur le 13 février prochain sur le monétaire. Tout en reconnaissant que le climat à la table de négociation est tendu, la Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda espère en arriver à une entente à la satisfaction des deux parties.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média