Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

21 février 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Oxyder: nouveau report pour Denis Savard

Denis Savard

©Photo - Sûreté du Québec

Denis Savard

C’est finalement le 18 mars prochain que Denis Savard, l’un des neuf coaccusés du Projet Oxyder en Abitibi, devrait subir son enquête sur remise en liberté devant le juge Jacques Ladouceur, de la Cour du Québec.

D’abord prévue le 5 février, cette étape devait se dérouler jeudi au palais de justice de Val-d’Or, mais elle a de nouveau été reportée par le tribunal afin de permettre au nouvel avocat de Savard, Me Alain Leclerc, de Montréal (qui n’était pas prêt à procéder cette semaine), de rencontrer son client pour une première fois et de prendre connaissance du dossier.

Dans ce type de procédure, le fardeau de la preuve se trouve renversé alors que c’est la défense qui doit prouver que l’accusé peut être remis en liberté durant les procédures judiciaires, ce à quoi s’oppose la Couronne dans certains cas d’Oxyder, dont celui de Denis Savard.

Détenu depuis le 25 janvier, jour de son arrestation à Rouyn-Noranda après deux mois ou presque de cavale, l’homme de 46 ans fait face – comme les huit autres suspects d’Oxyder – à des accusations de complot pour faire le trafic de drogue, d’avoir œuvré pour une organisation criminelle et de trafic de stupéfiants entre février et décembre 2017. Il est aussi accusé de voies de fait (un dossier traité à Rouyn-Noranda jusqu’à nouvel ordre) et de possession d’une arme prohibée (un pistolet Pro PB Ten 2).

À la demande de la procureure de la Couronne, Me Andrée-Anne Gagnon, le tribunal a réitéré à Denis Savard l’interdiction de communiquer de quelque façon que ce soit avec une quinzaine de personnes au cours des procédures judiciaires, incluant les huit autres individus épinglés dans l’opération Oxyder, une vaste enquête policière visant à démanteler un réseau qui, selon la Sûreté du Québec, contrôlait le trafic de drogue en Abitibi-Témiscamingue et dans le nord-est de l’Ontario.

Trois autres suspects d’Oxyder sont toujours détenus, soit Yannyck Simard, Naiian Brière-Gauthier et Guillaume Langevin, tandis que Gyslain Guay, Martin Boucher, Guillaume Fillion-Beaumont, Miguel Laliberté et Éric Robidoux ont pu reprendre leur liberté pour la durée des procédures sous l’engagement de verser de fortes cautions et de respecter plusieurs conditions strictes. Les dossiers de certains d'entre eux doivent revenir devant le tribunal le 1er avril pour la suite des procédures.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média