Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

21 février 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Saisie de drogue dans une ruelle: Guy St-Godard plaide coupable

SQ_autopatrouille

©Patrick Rodrigue

La fouille qui avait suivi l’arrestation de Guy St-Godard et Guillaume Talbot-Lemieux avait permis aux policiers de saisir plusieurs types de stupéfiants. Seuls du cannabis et de l’huile de cannabis ont été retenus dans le dossier de St-Godard.

Alors que son coaccusé, Guillaume Talbot-Lemieux, doit revenir au tribunal à la fin de février pour subir son procès dans une histoire de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic, Guy St-Godard, 54 ans, a plutôt choisi, le 13 février au Palais de justice de Rouyn-Noranda, d’enregistrer un plaidoyer de culpabilité.

Représenté par Me Marc Lemay, St-Godard a reconnu sa culpabilité d’avoir eu en sa possession, dans le but d’en faire le trafic, du cannabis et de l’huile de cannabis. Il a été acquitté des trois autres chefs de possession de stupéfiants dans le but d’en faire le trafic qui pesaient sur lui, la procureure de la Couronne, Me Mélissa Plante, n’ayant pas eu de preuve à offrir au juge Paul Chevalier.

Comportement suspect

Les faits, relatés par Me Plante, s’étaient produits le 8 mai 2017 dans une ruelle du centre-ville de Rouyn-Noranda. St-Godard et Talbot-Lemieux prenaient alors place dans une camionnette.

«Un policier en patrouille aperçoit deux individus qui ont un comportement suspect. À travers le parebrise, il voit notamment M. Talbot-Lemieux, assis à la place du passager, s’essuyer rapidement le nez, mettre des lunettes noires et tourner le visage lorsqu’il passe à sa hauteur. Il fait demi-tour et voit alors dans le véhicule des traces de poudre blanche. Il procède alors à l’arrestation des deux individus, mais M. Talbot-Lemieux prend la fuite. Il sera arrêté plus tard au Bar Le Sportif», a raconté la procureure de la Couronne.

Lors de la comparution des deux individus, le 10 mai 2017, un policier avait déclaré que la fouille dans le véhicule avait permis de saisir 33 fioles d’huile de cannabis, environ 60 grammes de cannabis dans deux sachets, une trentaine de grammes de cocaïne, une certaine quantité de GHB (drogue du viol), une centaine de comprimés qui étaient alors suspectés d’être de la méthamphétamime ainsi que près de 2000 $ en argent liquide.

Le 13 février 2019, seuls les deux sachets de cannabis et les fioles d’huile de cannabis ont été admis comme substances en preuve pour le dossier de St-Godard.

Recommandation commune

Le juge Chevalier a accepté la recommandation commune des deux parties. Il a donc imposé à St-Godard une peine de 3 mois d’emprisonnement dans la collectivité, soit 1,5 mois d’assignation à domicile et 1,5 mois avec l’obligation de respecter un couvre-feu. Il devra également verser un don de 1000 $ à la Maison des jeunes La Soupape de Rouyn-Noranda.

Par la suite, St-Godard devra se plier aux exigences d’une probation surveillée de 12 mois, parmi lesquelles l’interdiction de consommer de l’alcool ou des stupéfiants. Il devra aussi s’abstenir de posséder des armes à feu pendant une durée de 10 ans.

Pour sa part, Guillaume Talbot-Lemieux doit revenir à la Cour le 26 février pour y subir un procès devant le juge Marc E. Grimard. Sa durée a été évaluée à trois heures.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média