Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

22 février 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Dans l’œil du Phénix prend une tournure humanitaire

Oeil du phénix 2019

©Photo L'Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Les cinq Phénix: Jacinthe Châteauvert, Frédéric Bédard, Linda Gauthier, Marie-Ève de la Chevrotière et Jacques St-Arnault.

Depuis quelques années, les élèves du cours monde contemporain à la Polyno de La Sarre peuvent présenter divers projets de nature environnementale dans le cadre de Dans l’œil du Phénix, un concours calqué sur le concept de l’émission Dans l’œil du Dragon. Cette année, cependant, le concours se tourne vers l’aide humanitaire.

Oeil du phénix 2019

©Photo L'Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Coralie Lacasse, Océane Lavoie, Émilie Perrier, Megan Depont-Hanna et Ren Bélanger ont proposé de fabriquer différents items et de les revendre pour aider à financer la construction d’un navire qui servirait à dépolluer les océans.

Bien que l’activité existe depuis plusieurs années, ce n’est que la troisième édition plus officielle du concours. «L’idée est venue des élèves, mais c’est moi qui ai organisé l’activité pour en faire ce qu’elle est devenue aujourd’hui, a expliqué Mikael Plamondon, enseignant du cours monde contemporain. Il me restait des fonds issus de différents concours qu’on avait gagnés à gauche et à droite. J’ai donc décidé d’utiliser cet argent pour aider les jeunes à réaliser leurs projets.» 

Au départ, le prix pour l’équipe gagnante était de 300 $. Cette somme devait être utilisée pour la réalisation du projet. Cette année, grâce à un nouveau fonds, M. Plamondon a pu augmenter la cagnotte à 600 $. 

Cibler les enjeux 

Le cours monde contemporain est essentiellement un cours de géopolitique. Il traite de différents enjeux qui touchent la société moderne. «Une des choses que je demande dans le cadre du cours, c’est que les élèves s’engagent dans un des enjeux couverts pendant l’année», a expliqué Mikael Plamondon. 

Chacun des six groupes de cinquième secondaire se divise en équipes, lesquelles présentent leurs projets à leurs camarades de classe. Les finalistes de chaque groupe se retrouvent en finale et présentent leurs projets devant un comité de juges qui portent le nom de Phénix. 

Le comité de l’édition 2019 était composé de Jacinthe Châteauvert, présidente de Recylo-Nord et du Conseil régional de l’environnement, Frédéric Bédard, directeur adjoint de la Polyno, Linda Gauthier, directrice de la Polyno, Marie-Ève de la Chevrotière, agente de développement au Carrefour jeunesse emploi de l’Abitibi-Ouest, et de Jacques St-Arnault, coopérateur international et membre de Corcovado. 

Oeil du phénix 2019

©Photo L'Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Adèle Ayotte, Evelyne Breton et Séléna Gilbert ont proposé de vendre des sacs réutilisables, fabriqués par les étudiants, afin d’aider à financer un organisme qui travaille déjà au ramassage de déchets flottant sur les océans.

Les finalistes 

Alors que l’accent était mis sur l’environnement lors des deux premières éditions, la majorité des projets présentés cette année offraient un aspect écologique, certes, mais également à saveur humanitaire. 

Deux des six équipes ont présenté des projets concernant le retrait des déchets qui flottent sur la surface des océans. Ces deux équipes sont composées de Coralie Lacasse, Océane Lavoie, Émilie Perrier, Megan Depont-Hanna et Ren Bélanger pour la première et d’Adèle Ayotte, Évelyne Breton et Séléna Gilbert pour la deuxième. 

L’équipe composée de Mégan Audet, Béatrice Audet, Fany-Maude Rail Gaudreault, Léanne Bergeron et Alice Simard a proposé d’acheter des outils pour traiter l’eau polluée afin de la rendre potable et d’acheminer ceux-ci en Afrique. 

Mathieu Frappier, Jean-Simon Lapierre et Mathew Bureau ont quant à eux proposé d’amasser de l’argent afin de venir en aide à une fondation qui s’occupe de retrier les mines antipersonnelles des zones de guerre. 

Pour leur part, Danika Aubé et Magalie Anctil ont proposé de venir en aide à un organisme qui cherche à raviver les bancs de coraux qui sont en déclin dans plusieurs zones de l’océan Pacifique. 

Finalement, l’équipe de Karla Lefort, Évelyne Roy et Pierre-Olivier Gauthier a proposé d’amasser de l’argent pour l’organisme Médecins sans frontières. 

Les gagnants 

Étant donné la similarité de leurs projets, les deux équipes qui avaient proposé des solutions de dépollution des océans ont remporté ex aequo le grand prix. Afin d’amasser de l’argent, chaque équipe avait proposé la confection de différents items comme des sacs réutilisables, des savons, des déodorants et autres. Ces items seront ensuite vendus au public et les profits seront redonnés à un des organismes qui propose des solutions de nettoyage des océans. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média