Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

27 février 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Rencontre historique de 10 communautés Anishinabeg

Des avancées pour faire reconnaître leurs droits

Steeve Mathias

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Steeve Mathias a fait un retour sur la rencontre historique tenue à Val-d’Or en février.

Dix des onze communautés algonquines du Québec et de l’Ontario se sont récemment réunies à Val-d’Or. Un plan d’action commun sera élaboré et des rencontres ultérieures seront planifiées afin de contribuer à faire cheminer différents dossiers.

«Le travail que nous accomplirons à court et à long terme aura un impact positif sur nos générations futures. Nous convenons que les frontières coloniales qui nous séparent n’ont aucune légitimité dans le mode de vie de notre nation algonquine. Nous voulons nous éloigner du système colonial qui nous avait été imposé par la Loi sur les Indiens. Nous sommes une nation sur notre territoire et nous affirmons cela dans un front fort et uni», a déclaré Verna Polson, Grande cheffe du Conseil tribal de la Nation Algonquine Anishinabeg, au terme de la rencontre tenue à l’hôtel Forestel les 14 et 15 février.

À la suite de ces deux jours d’échanges portant sur la souveraineté, la gouvernance, les terres et les titres, la citoyenneté, la culture et la langue ainsi que le développement économique, il a été convenu de reconduire l’exercice.

Sur le terrain

Publicité

Défiler pour continuer

Steeve Mathias, chef de la Long Point First Nation (LPFN) à Winneway, a trouvé plutôt rassurant que toutes ces communautés participent à une même rencontre pour se faire entendre d’une seule et même voix.

«Nous n’avons plus le choix, a-t-il fait observer. Nous avons tellement de dossiers qui traînent depuis tant d’années. L’assise territoriale en est un. Nous faisons continuellement face à un manque de bonne volonté et d’écoute pour régler des questions simples.»

«Nous n’avons plus le choix. Nous avons tellement de dossiers qui traînent depuis tant d’années» - Steeve Mathias

Pour lui, les échanges liés à la petite centrale hydroélectrique jouxtant la communauté à Winneway en sont un exemple probant, compte tenu qu’elle pourrait devenir un levier économique important pour les membres de la LPFN. «Ça fait des années qu’on manifeste l’intérêt d’en prendre possession et tout ce qu’on nous sert, ce sont des excuses, a poursuivi le chef Mathias. Nous avons commencé les discussions à ce sujet au début des années 1990 lorsque j’étais directeur général de l’Association du développement des Algonquins à Rouyn-Noranda.»

Momentum

La conjoncture politique et économique actuelle semble atteindre un point culminant qui met en lumière des revendications qui n’ont jamais trouvé de véritables échos, selon Steeve Mathias.

«Le premier ministre François Legault nous a récemment dit à Wendake qu’il souhaitait conclure un genre de Paix des Braves avec toutes les communautés, a-t-il rappelé. C’est le bon moment d’amorcer le dialogue en ce sens. Aussi, plus près de nous, le passage du gazoduc en Abitibi illustre à quel point nous ne sommes pas véritablement consultés, alors que nous sommes parmi les premiers concernés par ce qui se passe sur nos territoires non cédés. Pour chaque projet du genre, une étude indépendante réalisée par les Premières Nations devrait avoir la même valeur et être exigée au même titre qu’un BAPE.»

Les représentants présents lors de la rencontre des 14 et 15 février ont convenu de travailler sur un plan stratégique ouvrant la voie à des plans d'actions dans divers domaines d'intérêts communs de même qu’à déterminer des objectifs et des priorités à atteindre à court, moyen et long terme. D’autres réunions et forums se tiendront sur une base régulière pour donner suite à cette première rencontre historique. Nul doute que la motivation et les points à mettre de l’avant ne manqueront pas.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média