Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

02 mars 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Le Festival country accroche son chapeau

JC Harrison

©Martin Guindon - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

JC Harrison avait offert tout un hommage à Hank Williams lors de la 3e édition du Festival country, en 2016.

ÉVÉNEMENTS. La 5e édition du Festival country de l’Abitibi-Témiscamingue présentée en juin 2018 à Amos aura été la dernière.

«La décision a été prise dans les derniers mois. Nous avons avisé nos principaux partenaires que sont CMAC Thyssen, présentateur officiel, et la Ville d’Amos. Il n’y aura pas de 6e édition du Festival country à moins qu’une autre organisation ne souhaite prendre le relais. Si c’est le cas, je suis prêt à collaborer», explique le président Réal Bordeleau.

L’événement a été créé il y a six ans afin d’offrir une nouvelle activité dans un créneau qui n’était pas exploité à Amos, la musique country. Le mariage fut naturel pour Radio Boréale, qui offrait alors une place importante à ce style musical dans sa programmation.

«On a connu de belles éditions. La plus difficile a sûrement été celle sous le chapiteau, pendant la réfection du Complexe sportif, mais la Ville nous avait donné un bon coup de main», se souvient M. Bordeleau.

Environ 1000 spectateurs

Toutefois, l’organisation avait l’impression d’avoir plafonné, avec ses quelque 1000 spectateurs à chaque édition. On y retrouvait plusieurs visiteurs de l’extérieur, dont près d’une centaine de caravaniers qui couraient les festivals country. Un circuit qui s’amorçait avec celui d’Amos.

«Il faut des moyens considérables pour organiser un événement comme ça. Il faut amener des grands noms de la chanson country pour attirer plus de gens et ça, ça coûte cher. Nous étions aussi juste la petite équipe de Radio Boréale pour organiser ça, avec les conjoints et les enfants. Mais le constat, cinq ans plus tard, c’est qu’on est toujours au même point qu’au départ», souligne Réal Bordeleau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média