Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

13 mars 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

De simples gestes qui font toute la différence

Une classe de Sacré-Cœur entreprend tout un virage vert

AB-SAcre-Coeur_environnement

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

La classe d’Élaine Camirand a mis sur pied de nombreux projets pour sensibiliser les élèves et le personnel de l’école Sacré-Cœur à l’environnement. Les jeunes ont d’ailleurs créé la mascotte Mathéo L’Écolo, que l’on voit à l’arrière.

La classe d’Élaine Camirand s’est donnée comme mission de modifier plusieurs comportements des élèves et du personnel de l’école Sacré-Cœur afin de mieux protéger l’environnement.

Élaine Camirand enseigne depuis près de trente ans en adaptation scolaire. Les jeunes avec qui elle partage son quotidien vivent tous des troubles d’apprentissages. Grâce à l’expérience qu’elle a acquise, elle a constaté qu’il était plus motivant pour ses élèves d’utiliser une pédagogie par projet. Ils s’engagent ainsi beaucoup plus.

«Je voulais lier mon projet avec les valeurs de notre école, qui est un Établissement vert Brundtland, a expliqué l’enseignante. Mes élèves ont choisi l’écologie et nous avons décidé ensemble de mettre en place différents projets pour sensibiliser les gens de l’école à l’importance de l’environnement.»

Les neuf élèves de Mme Camirand ont tous démontré leur fierté de prendre part aux différents projets mis sur pied. Leurs actions ont des répercussions sur l’ensemble des personnes qui fréquentent l’école Sacré-Cœur. «On a découvert la confiance en soi, le respect entre nous, le travail d’équipe et la collaboration», a déclaré Simon.

«On a découvert la confiance en soi, le respect entre nous, le travail d’équipe et la collaboration» - Simon, élève d’Élaine Camirand

Plus de recyclage

Le premier projet a été l’instauration du recyclage des piles ainsi que des crayons feutres. Régulièrement, Julian et ses camarades de classe font ainsi le tour des classes et font la collecte des items.

«On ramasse les crayons marqueurs, les stylos et les crayons feutres de style Crayola, a expliqué Julian. Avant, on les mettait à la poubelle. Le plastique, ce n’est pas bon. On les collecte et on va les porter chez Bureau en gros, qui les récupère.»

Les élèves ont déjà amassé une très grande quantité de piles usagées depuis le début de l’année scolaire puisque plusieurs parents leur en ont remis.

De l’air de meilleure qualité

Un autre des premiers projets a consisté à faire pousser des plantes dans des contenants de plastique et de les distribuer dans les classes de l’école. «On a fait des affiches qui expliquent la photosynthèse et on les a données avec les plantes, a souligné Damien. Ça permet d’avoir de l’air de meilleure qualité.»

Réduire le gaspillage de papier brun

Les élèves d’Élaine Camirand ont également constaté qu’il y avait beaucoup de papier brun gaspillé dans les salles de bain. Ils ont donc rencontré la directrice de l’école pour lui proposer un projet.

«Les grosses poubelles qui servaient à collecter le papier et les déchets serviront désormais à récupérer le papier brun. Nous avons demandé à la direction d’acheter de petites poubelles, qui serviront pour les déchets», a expliqué l’enseignante.

Les élèves ont aussi préparé des affiches pour expliquer le projet de récupération du papier brun. Elles seront installées dans les salles de bain de l’école.

Emballage de collation

Un autre élément semblait problématique pour les élèves de Mme Camirand, soit les sachets de purée de fruits que les jeunes consomment à l’école. Même s’ils sont composés de plastique, ils sont peu recyclés dans la chaine de recyclage conventionnelle.

«On est allé sur le site de TerraCycle et on a vu qu’on pouvait les recycler, a expliqué Annabelle. J’ai rencontré la responsable du service de garde et je lui ai demandé si elle voulait nous aider à amasser les sachets de compote. Elle a dit oui.»

Deux fois par jour, une tournée est organisée pour récupérer les sachets. Par la suite, les élèves feront venir une boîte de TerraCycle et les posteront à l’entreprise, qui les récupérera. L’école recevra un don en échange.

En mode tawashi

Depuis peu, les élèves d’Élaine Camirand se sont mis à la confection de tawashis, des sortes d’éponges faites à partir de tissus recyclés. Ils ont fait la collecte de vieux t-shirts, qu’ils ont coupé en lanières pour les tresser.

«À la fin de l’année, on invite nos étudiants à apporter de la maison le nécessaire pour laver leur bureau, a raconté Mme Camirand. On utilise beaucoup de papier brun lors de cette journée. Nous confectionnons des tawashis et nous désirons en remettre deux ou trois par classe pour cette journée en particulier.»

Un projet de savon écologique devrait se réaliser sous peu afin d’être prêt pour cette journée de corvée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média