Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

15 mars 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Après la coupe du ruban, une fête pour sensibiliser

Inauguration du relais écocentre à Winneway

Ecocentre Winneway

©Gracieuseté Gabé Logan

:Autour de 70 personnes ont assisté aux différentes activités entourant l’inauguration du relais écocentre de Winneway.

Après la traditionnelle coupe du ruban, pour inaugurer leur relais écocentre, les membres de Long Point First Nation ont été conviés à une fête sous le signe de la sensibilisation à la gestion des matières résiduelles.

«Nous avons fait des tirages, parlé des différentes matières, comment les trier, comment remplacer certains objets par d’autres moins nuisibles à l’environnement. Le repas a été servi dans des assiettes compostables. Les personnes présentes au centre communautaire étaient très enthousiastes. Ce fut un très bel événement», a indiqué la chargée de projet, Isabelle Brûlé, au terme de la journée du 13 mars, dédiée à l’inauguration du relais écocentre et des célébrations qui ont suivi.

Genèse du projet

La mise sur pied de ce projet de relais écocentre s’est trouvée liée à la survie de l’approvisionnement en eau potable pour la communauté.

«Nous avions constaté que des objets qui ne pouvaient être ramassés lors de la collecte des matières résiduelles, tels les encombrants, les pneus et les huiles usées, s’amoncelaient tout près de notre source d’approvisionnement en eau potable, a relaté Steeve Mathias, chef de la Long Point First Nation. Nous nous sommes trouvés devant l’urgence d’agir.»

C’est pratiquement au même moment qu’Isabelle Brûlé, après avoir complété sa maîtrise en Gestion de l’environnement à l’Université de Sherbrooke, a contacté les conseils tribaux de différentes communautés pour offrir un service adapté à leurs besoins. «Je m’intéresse de longue date aux Premières Nations. Je savais que la gestion des matières résiduelles était un sujet complexe dans les communautés, a-t-elle relaté. La gestion des matières résiduelles est de compétence provinciale, alors que c’est le fédéral qui finance des projets dans les communautés. Il semblait y avoir une lacune, car les communautés avaient souvent l’impression que les deux paliers de gouvernement se lançaient la balle.»

Isabelle Brûlé

©Gracieuseté Gabé Logan

Isabelle Brûlé a animé des ateliers de sensibilisation au Centre communautaire, à la suite de l’inauguration du relais écocentre.

«La communauté n’avait plus d’autre choix que de se doter de sa propre infrastructure pour disposer de ses matières. Il faut user de plus d’intelligence dans la gestion de nos déchets et de notre recyclage» - Steeve Mathias

Une rencontre qui tombe à point

En ce sens, la rencontre entre Mme Brûlé et les dirigeants de la communauté tombait à point. Différents projets avaient effectivement été élaborés auparavant sans se rendre à terme.

«Compte tenu du lieu géographique éloigné de la communauté de Winneway et des distances à parcourir vers les autres écocentres, la communauté n’avait plus d’autre choix que de se doter de sa propre infrastructure pour disposer de ses matières. Il faut user de plus d’intelligence dans la gestion de nos déchets et de notre recyclage», a fait observer le chef Mathias.

Écocentre Winneway

©Gracieuseté Isabelle Brûlé

Outre les emplois créés pour l’aménagement du relais écocentre, un emploi à temps à temps plein a pu être comblé en combinant le poste de préposé à la cueillette des matières résiduelles et de préposé au relais écocentre.

Investissement de près de 600 000 $ et autres projets

À l’aménagement du site du relais écocentre, qui totalise 300 000 $, financés par Affaires autochtones Canada, s’ajoute l’achat d’un camion porte-conteneurs, dont la valeur estimée à 290 000 $ est assumée à 80 % par le ministère fédéral.

«Pour le moment, nos encombrants sont dirigés vers l’écocentre du Témiscamingue, situé près de Fabre, a précisé Steeve Mathias. Nous en sommes à évaluer quels seraient les meilleurs coûts pour acheminer nous-mêmes le reste de nos matières triées, soit à Val-d’Or ou à Rouyn-Noranda.»

Gestion optimisée

Le relais écocentre sera ouvert trois jours par semaine dont une journée la fin de semaine. Des images de l’inauguration et de la fête qui a suivi seront incluses dans une vidéo de sensibilisation qui est présentement en chantier, selon le chef Mathias.

Une gestion optimisée des matières résiduelles fait partie des préoccupations des communautés algonquines situées au Témiscamingue, comme l’a constaté Isabelle Brûlé. «Long Point, Kebaowek et Timiskaming First Nation collaborent présentement à l’élaboration d’une étude de faisabilité économique visant à déterminer quel scénario serait le plus avantageux à long terme pour leurs communautés», a-t-elle noté

Écocentre Winneway

©Gracieuseté Isabelle Brûlé

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média