Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

15 mars 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Avant de punir, apprenons les bonnes manières

Projet pilote à l’Académie de l’Assomption sur la gestion des comportements positifs

L’Académie a été choisie pour le projet pilote, mais l’idée devrait rapidement se retrouver dans d’autres écoles de la CSLA.

Le pavillon de l’Académie de l’Assomption de La Sarre a récemment mis en place un nouveau projet pilote qui vise à gérer les comportements positifs des élèves plutôt que d’axer sur la répression.

«Souvent les écoles gèrent les élèves d’une façon punitive seulement, a expliqué Mario Matte, directeur de l’école l’Envol. C’est-à-dire qu’on donne des conséquences ou l'on enlève des privilèges à ceux qui brisent les règles, mais on ne donne jamais rien à ceux qui font les bonnes choses.» 

Il fait remarquer que les écoles ont un mandat d’enseigner et d’éduquer les jeunes. «On enseigne bien les lettres, la science et les mathématiques, a-t-il souligné. Mais quand un élève à de la difficulté, qu’est-ce qu’on fait? On lui enseigne de nouveau. S’il démontre encore des difficultés, on cherche de l’aide avec des professionnels comme des orthopédagogues. On est fort au niveau des apprentissages académiques, mais quand vient le temps de gérer les comportements, on fait juste punir, on n’enseigne pas.» 

Renforcement positif 

Publicité

Défiler pour continuer

L’idée du projet pilote consiste donc à trouver des manières d’intégrer des apprentissages au niveau du comportement. «On a 485 élèves, mais là-dessus, il n’y en a qu’une trentaine qui causent des problèmes. Alors, pourquoi toujours mettre l’accent sur les cas problèmes, alors qu’on a 450 autres élèves qui agissent bien?, a questionné M. Matte. On a donc décidé d’encourager le comportement des 450 autres au lieu de juste chercher à punir ceux qui causent des problèmes.» 

À titre illustratif, il est facile de réprimander un jeune parce qu’il court dans les corridors, mais est-ce que quelqu’un lui a déjà appris les manières appropriées de se déplacer? 

«Par exemple, on avertit un jeune qui se balance mal dans la cour de récréation, mais peut-être que personne n’a jamais pris la peine de lui enseigner la bonne manière. On prenait pour acquises des choses qui, en fait, ne le sont pas du tout», a indiqué Mario Matte. 

De petits gestes qui changent tout 

Une série de vidéos mettant en scène des élèves et leurs enseignants ont été filmées et mises en ligne sur la plateforme YouTube. Ces vidéos montrent les comportements appropriés dans plusieurs scénarios. De plus, des vignettes démontrant les manières appropriées d'utiliser les équipements de jeux seront bientôt installées dans la cour de récréation. 

Un autre exemple vise à améliorer la fluidité des déplacements dans les corridors. La direction a donc tracé des lignes jaunes sur le plancher. Tout comme sur les routes, les lignes servent à établir des corridors de marche, et les jeunes apprennent qu’il faut rester dans le corridor de droite pour ne pas nuire à ceux qui arrivent en sens inverse. 

Récompenser au lieu de punir 

À l’école, les jeunes qui brisent les règles reçoivent des billets d’avertissement qui peuvent mener à des conséquences comme des retenues. À l’Académie, le projet pilote met plutôt en place un système de récompenses. 

Lorsque quelqu’un fait quelque chose de bon ou démontre une amélioration de son comportement, on lui remet un bouchon de bouteille de plastique pour le récompenser. Les bouchons sont compilés par classe ou par étage et permettent aux jeunes d’obtenir des privilèges comme des récréations plus longues. 

Pas de retour en arrière 

Bien que l’idée soit encore à l’état de projet pilote, la direction a vu les impacts immédiats dans l’école et ne reviendra pas en arrière. Pour le moment, la reconnaissance des comportements positifs se limite aux zones de jeux à l’extérieur et dans les corridors de l’Académie. 

«Une fois qu’on va bien avoir intégré ce qu’on fait, on va aller plus loin en appliquant cette manière d’agir dans les zones plus problématiques comme les salles à manger et les classes», a indiqué Mario Matte. 

Commentaires

17 mars 2019

Michel White

Bravo! À l'école Louis-Querbes de Cadillac nous avons déjà implanté un système similaire avec l'enseignement explicite des comportements et le renforcement positif depuis 2015. Et croyez moi que ceci a fait toute une différence!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média