Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

21 mars 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Un citoyen peut-il être déclaré «questionneur quérulent»?

Période de questions au Conseil de la MRC de Témiscamingue

Gilles Lepage

©Lucie Charest - Le Citoyen Rouyn - La Sarre

Gilles Lepage, un citoyen de Lorrainville, figure parmi les contribuables les plus assidus au Conseil de la MRC de Témiscamingue. Or, ses interventions sont souvent perçues comme du mépris et de la condescendance envers les élus qu’il interpelle.

Gilles Lepage est un citoyen préoccupé par son territoire, nul ne pourrait en douter. Or, les questions qu’il pose aux maires seraient redondantes, voire méprisantes, selon les principaux intéressés. Son ton irrite.

Dès qu’il ouvre la bouche, une tension commune semble s’installer chez tous les maires siégeant au Conseil de la MRC de Témiscamingue.

Lors de la séance du 20 mars, pour la énième fois, M. Lepage est revenu à la charge avec l’identité du territoire, le rôle des porte-paroles, dont fait partie la préfète, Claire Bolduc, ainsi que la distinction à faire entre Témiscaming, la ville, et Témiscamingue, le territoire. «Trois Témiscamiens ont remporté des médailles aux Jeux du Québec et on a dit qu’ils venaient d’Abitibi, a-t-il déploré. Qu’allez-vous faire pour remédier à ça?»

Ses questions ont par la suite porté sur l’éducation, en particulier la piètre performance de l’école Gilbert-Théberge dans le palmarès des écoles secondaires.

Publicité

Défiler pour continuer

Inconfort

Après avoir répondu adéquatement à chacune de questions, en spécifiant si elles s’inscrivaient ou non dans les champs de compétence de la MRC, Mme Bolduc lui a signifié que ses questions créaient un inconfort chez les maires.

«Nous en avons parlé et plusieurs me trouvent très patiente avec vous, a-t-elle fait savoir. Vos questions sont toujours les mêmes. Vous êtes arrogant, condescendant et méprisant envers les élus et vous n’écoutez pas les réponses que nous vous donnons.»

Maires irrités

«Est-ce qu’on ne pourrait pas appliquer ici le même principe qu’à un plaideur quérulent?, a soulevé le maire de Moffet, Alexandre Binette. On n’a pas beaucoup de temps, et une bonne partie de ce temps est consacrée à écouter ces questions qui n’apportent rien.»

«Tu m’enverras tes questions par écrit, a ajouté Luc Lalonde, maire de Béarn. Tu as l’air de les préparer, tes questions, toi. On va préparer nos réponses, pis c’est moi qui va décider si tu as le droit de les poser.»

«Le règlement existe. Est-ce qu’il faut revenir à son application pure et dure? Donner une amende? Je n’en suis pas convaincue» - Claire Bolduc

À la seconde période de questions, à la fin du conseil de la MRC, après avoir questionné l’appel récurrent aux services de consultants, Gilles Lepage, a sollicité une rencontre avec la directrice générale et la préfète pour obtenir des précisions sur les modalités de la période de questions. Ce qui lui a été refusé. «Ce soir, vous avez occupé 32 minutes de notre temps, a souligné la préfète Bolduc. Je n’ai pas plus de temps à vous consacrer.»

Ne pas appliquer le règlement

Fait à noter, un règlement, adopté en février 2014, autorise déjà la présidente d’assemblée à faire respecter le décorum lors de la période de questions. L’article 9-e stipule d’ailleurs que le citoyen doit «poser sa question clairement, succinctement et précisément, sans préambule, en termes polis, et ne pas user de langage injurieux et diffamatoire envers quiconque». S’il ne respecte pas ce règlement, il s’expose à des amendes qui peuvent varier de 200 $ à 1000 $ en cas de récidive.

Questionnée sur l’application dudit règlement, Claire Bolduc a indiqué ne pas s’y être attardée. «Depuis mon arrivée à la préfecture, je m’adapte à différentes situations, a-t-elle noté. Le règlement existe. Est-ce qu’il faut revenir à son application pure et dure? Donner une amende? Je n’en suis pas convaincue. Ce soir, des élus tenaient à exprimer leur malaise. Le message est passé et il est clair qu’il est porté par tout le Conseil de la MRC.»

Gilles Lepage avait participé à la course à la préfecture en novembre 2017. Il avait récolté 8,86 % du suffrage, soit 514 votes.

  • Qu’est-ce que la quérulence?

    Selon le dictionnaire Robert, la quérulence est une tendance pathologique à chercher les querelles et à revendiquer la réparation de préjudices subis, qu’ils soient réels ou imaginaires, mais d’une manière hors de proportion avec la cause défendue. La Cour d’appel du Québec précise qu’un plaideur quérulent démontre notamment un attachement obsessif envers ses opinions, multiplie ses recours et ses questions, qui sont généralement les mêmes, et emploie des arguments inventifs et incongrus.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média